Appel des médecins du travail pour la reconnaissance du burn out

10 décembre 2014 par

Madame la ministre de la Santé, Monsieur le ministre du Travail, Mesdames et Messieurs les députés,

Nous sommes médecins du travail. A ce titre, nous savons les difficultés du monde économique, les contraintes diverses qui pèsent sur les entreprises et les difficultés de tous les acteurs du monde du travail. C’est aussi notre quotidien.

Médecins du travail nous voyons émerger depuis plusieurs années une nouvelle pathologie chez les salariés que nous recevons en consultation, mais aussi chez certains employeurs, chez les managers et les cadres dans différents domaines d’activités. Cette pathologie, c’est l’épuisement professionnel. On l’appelle plus communément « burn out ». Nous enregistrons l’augmentation constante de ces cas d’effondrements soudains de personnes arrivées au bout de leurs ressources et de leur capacité de résistance.

Chargés de la préservation de la santé des salariés dont on nous a confié le suivi, nous constatons que le travail constitue la principale cause de cet épuisement. Cette pathologie met en jeu des mécanismes complexes, mais on retrouve une caractéristique constante dans tous les cas : le surinvestissement de ces personnes dans leur activité jusqu’à l’épuisement.

Nous, médecins du travail, accueillons ces personnes, après parfois plusieurs semaines voire plusieurs mois d’arrêt maladie, avec des tableaux cliniques encore souvent douloureux. Beaucoup de ces salariés sont traités contre l’anxiété, la dépression, les troubles du sommeil. Ils rencontrent de gros problèmes pour leur retour dans le monde professionnel ; nombreux sont ceux qui ne veulent plus réintégrer leur entreprise. Combien de ces burn out se terminent-ils par un acte suicidaire ? Combien par un accident de voiture inexplicable ? Combien par une maladie générale ou des troubles musculo-tendineux ? A-t-on jamais réussi à en évaluer le coût spécifique pour la collectivité ?

Actuellement, l’absence de tableaux de maladie professionnelle rend ces affections psychiques très difficilement reconnues par la Sécurité sociale. Pourtant, nous serions puissamment aidés dans nos missions de prévention par une classification spécifique de ces cas de burn out.

Lire la suite et signer l’appel sur le site www.appelmedecins-burnout.fr

Burn Out

Partagez cet article :

Les commentaires sont fermés.