Un DRH « sensible et courageux »

Stress Travail et Santé

Partager cet article :

Le travail au ras des pâquerettes – Épisode 2

Sous le pseudonyme de Marie-Louise Michel, de 2007 à 2014, Lise Gaignard a écrit pour Alternative libertaire des « Chroniques du travail aliéné », réunies et publiées par les Éditions d’une. Psychanalyste en ville et en campagne contre la servitude passionnelle, elle nous fait partager ses tribulations institutionnelles, passant de l’analyse des processus psychiques mobilisés par le réel du travail à la psychothérapie institutionnelle, pratique thérapeutique marchant sur deux jambes (Karl Marx et Sigmund Freud) pour tenir ensemble aliénation psychopathologique et aliénation sociale.
Dans cette nouvelle chronique, Lise Gaignard nous emmène dans un Ehpad à la rencontre d’un directeur des ressources humaines pavé de bonnes intentions, pour remettre au travail des aides soignantes « résistantes au changement ».
Il est jeune, la trentaine, plutôt sympathique. Il a demandé à me rencontrer pour envisager « une action » dans son service. Il travaille dans un hôpital de moyenne importance. Une grande partie de son personnel s’occupe de personnes âgées, en Ehpad, longs et moyens séjours. Ce personnel souffre, dit-il. Il se trouve devant de trop nombreux arrêts de travail, dus à des dépressions et des troubles musculo-squelettiques. Il s’est dit que c’était en lien avec une souffrance au travail. Il me demande donc d’intervenir en tant que spécialiste de la psychanalyse, sur la mort, le vieillissement, la gestion du handicap, en utilisant les artifices de groupes de paroles ou d’interventions magistrales, comme je voudrai. Je lui demande alors comment est organisé le temps de travail. Je lui explique ma question : il a été montré que ces problèmes éthiques sont souvent traités dans les pauses informelles, les moments de convivialité, quand ils ont lieu. Il est embarrassé, parce que, justement, il vient de supprimer les pauses.
Posant des questions précises, j’obtiens une description de l’organisation prescrite du planning des aides-soignantes, qui représentent la plus grande partie du personnel. Elles arrivent le matin sans savoir dans quel service elles vont intervenir. Elles sont alors réparties en fonction du nombre de présentes dans les différents services. Elles changent ainsi de collègues tous les jours, et aussi de patient·es. Je lui demande alors comment elles s’organisent entre elles, qui fait quoi, dans quel ordre ? Il répond que c’est très simple, tout est organisé, le « timing » est très précis, les gestes sont les mêmes chaque jour, le minutage est parfait – « tout est prévu ». Il a payé une fortune une étude ergonomique pour cela… Et d’ailleurs, cela fonctionne très bien. Avant cette installation, il avait toutes les peines du monde à envoyer une aide-soignante d’un service dans un autre pour faire un remplacement, elles montraient trop de « résistances au changement ». Ce n’est pas cela du tout qui le préoccupe. Je demande alors s’il s’est déjà posé la question du café. Fournit-il le café de l’hôpital ? Doivent-elles l’acheter ? (Ce qui ne peut pas se faire dans des équipes aussi mobiles.) Il ne sait pas pour le café, il ne s’est jamais posé la question, il a supprimé les pauses, en boiraient-elles tout de même ?
Il s’agace, ne comprend pas où je veux en venir. Il veut que j’anime des groupes de parole sur la mort. Mais, imperturbable, je repose les questions de la situation de travail. Il demande mes tarifs, on lui a parlé de moi, il veut absolument que je vienne au moins rencontrer les cadres.
Comme il ne comprend vraiment rien, je lui pose la question de son travail à lui. Comment s’entend-il avec ses collègues ? A-t-il trop de travail ? Est-ce facile à faire ? Content de se retrouver sur un terrain qu’il connaît, il raconte. Tout irait assez bien s’il n’avait pas une vieille collègue qui ne comprend rien à rien, qui l’exaspère. « C’est un boulet.  » Elle fonctionne avec les vieilles méthodes, elle présente – elle aussi – des résistances au changement. Elle n’a pas « fait l’École de la Santé  », comme lui. Autrement, il aime son travail, mais cette vieille… Comment se débrouille-t-il, alors pour amadouer cette dame ? A-t-il des ruses, des stratégies particulières ? « Oui, dit-il, n’entendant ces paroles que trop tard, je lui fais des petits cafés !  »

Lire la suite sur le site jefklak.org
 

A lire dans le magazine

Stress et Accident Cardiaque

  Une première reconnaissance par la Cour de Cassation de la faute inexcusable de l'employeur...

Réseaux Sociaux

Suivez-nous sur les réseaux sociaux pour des infos spéciales ou échanger avec les membres de la communauté.

Aidez-nous

Le site Souffrance et Travail est maintenu par l’association DCTH ainsi qu’une équipe bénévole. Vous pouvez nous aider à continuer notre travail.