La pénurie de talents et de compétences s'aggrave en France, en Angleterre et en Allemagne

Dans le Monde, Emploi et Chômage

Partager cet article :

Paris, Londres et Berlin ne forment pas assez de travailleurs qualifiés.

La France dispose d’un bon système éducatif mais est handicapée par la rigidité de la réglementation de son marché du travail. L’Angleterre est confrontée à une pénurie de talents dans de nombreux secteurs, malgré un chômage qui reste élevé. L’Allemagne devrait être pénalisée par un manque de compétences quand les travailleurs qualifiés partiront à la retraite.
Ces constats sont dressés par les experts du cabinet international de recrutement Hays et du cabinet de prévisions Oxford Economics qui ont réalisé l’édition 2014 de l’index mondial des compétences. 31 pays y sont passés au crible de sept indicateurs, allant de la politique éducative aux salaires en passant par la réglementation du marché du travail. Les auteurs de l’enquête accordent à chaque indicateur une note allant de 0 à 10. Plus la note est basse, meilleure est la situation.
En Europe, l’Angleterre souffre à la fois d’un taux de chômage de longue durée qui reste élevé malgré un retour de la croissance et d’une pénurie de compétences dans de nombreux secteurs. Les employeurs ont particulièrement du mal à recruter du personnel qualifié dans les secteurs de l’ingénierie et de l’informatique. «La situation devient critique, bien que le taux de chômage soit de 6 %», explique Alan Thomson, président du conseil d’administration du cabinet international de recrutement Hays et administrateur non exécutif du groupe Alstom dont il préside le comité d’audit.
La patrie d’Elizabeth II est aussi victime de son système éducatif. «Les jeunes sont encouragés à aller à l’université. Ils en sortent avec des diplômes qui ne sont pas adaptés au marché du travail. C’est tout le contraire de la France qui possède l’un des meilleurs systèmes éducatifs sur les 31 pays étudiés. Le système scolaire français permet aux jeunes de s’orienter vers un bac général ou un bac professionnel», observe Alan Thomson. Les entreprises et le monde de l’enseignement ont de plus beaucoup de mal à dialoguer. «L’Angleterre a également abandonné l’apprentissage. Résultat, le pays manque de main-d’œuvre qualifiée dans des secteurs comme le bâtiment », poursuit Alan Thomson.
Lire la suite sur Le Figaro Économie

A lire dans le magazine

Le salariat : mort ou vif ?

Les discours qui annoncent le déclin du salariat ont envahi l’espace public et médiatique. Le...

Réseaux Sociaux

Suivez-nous sur les réseaux sociaux pour des infos spéciales ou échanger avec les membres de la communauté.

Aidez-nous

Le site Souffrance et Travail est maintenu par l’association DCTH ainsi qu’une équipe bénévole. Vous pouvez nous aider à continuer notre travail.