Association française de psychopathologie et psychodynamique du travail : séminaire clinique 2022/2023 – Groupe toulousain

Evènements

Pour la/le psychologue clinicien-ne formé-e à la psychologie clinique et à la psychanalyse, ou pour le clinicien du travail au sens plus large, l’apprentissage et l’appropriation de la psychodynamique du travail – de ses principes, de ses méthodes, de la théorie qui les sous-tend – va rarement sans inconfort.

En effet, il n’est pas impossible qu’une partie des enseignements de la psychodynamique du travail puissent heurter certains aspects de la formation classique dispensée principalement en psychologie clinique, en psychanalyse, en ergonomie, en médecine, en psychologie du travail etc… à la fois dans les dimensions praxiques et théoriques.

En outre, la théorie de l’action en psychodynamique du travail s’est essentiellement constituée à partir de la clinique recueillie lors d’enquêtes centrées sur l’analyse du rapport entre la souffrance et les stratégies collectives de défense. Ce type d’intervention s’appuie sur des principes spécifiques, qui ne sont pas forcément transposables à l’identique dans le champ de la clinique individuelle et notamment lorsqu’il s’agit de prendre en charge des patients présentant des décompensations psychopathologiques.
Écouter, penser le travail dans la clinique individuelle ne va donc pas de soi.

L’analyse des stratégies de défense représente pourtant, de notre point de vue de psychologues clinicien-ne-s clinicien-ne-s du travail, une dimension indispensable de l’écoute en clinique individuelle. Elle permet d’éclairer tant les décompensations psychopathologiques auquel nous avons affaire quotidiennement que les « ressources » sublimatoires et/ou défensives, sur lesquelles nos patients ont pu s’appuyer avant la crise, ainsi que celles qu’ils pourraient reconstruire après celle-ci ; tant les troubles immédiatement mis en lien avec le travail que ceux qui ne le sont pas.

Mais alors comment faire ? Comment intégrer l’analyse des stratégies collectives de défense dans l’écoute individuelle ? Est-il possible à un sujet de se déplacer vis-à-vis de ces stratégies de défense sans pour autant courir tous les risques qu’impliquent l’isolement et la solitude ? Quels infléchissements l’écoute du travail amène-t-elle dans la conduite des entretiens, des suivis ? Dans quelles coopérations la/le clinicien-ne peut-elle/il s’inscrire ?
Ce séminaire clinique se propose d’être un espace pour mettre au travail ces questions, comme toutes celles qui émergent de la pratique clinique et des difficultés rencontrées dans le suivi de patients.

Quatre grands axes charpenteront ce séminaire

  • les liens entre psychopathologie et travail ;
  • la conduite des entretiens et des suivis orientés par une écoute du travail ;
  • les discussions cliniciothéoriques entre la psychodynamique du travail et les différentes orientations théoriques auxquelles peuvent se référer les praticien-ne-s ;
  • les cadres – cliniques, institutionnels – dans lesquelles une telle clinique peut s’inscrire.

A raison d’une séance de travail de trois heures une fois par mois (exceptés les mois de juillet et août), dans le cadre du secret professionnel partagé, les discussions s’organiseront autour d’un cas clinique choisi et amené tour à tour par chacun des participants et à propos duquel le clinicien concerné fera état de ses questions, difficultés, réflexions, formulées à partir des quatre axes explicités précédemment, éventuellement enrichis d’autres aspects. Deux fois dans l’année, une discussion théorique, appuyée sur des lectures de textes, relaiera les discussions cliniques.

Ce séminaire s’inscrit dans le cadre proposé par l’Association française de psychopathologie et psychodynamique du travail, qui vise à former des clinicien-ne-s à l’écoute de la question du travail et à proposer différents espaces de réflexion et de discussion théorique et clinique.
Il sera placé sous la responsabilité de Béatrice Edrei, psychologue clinicienne et clinicienne du travail, Vice-Présidente de l’AFPPT et membre l’IPDT. Il se tiendra dans les locaux de l’ASTI, au 14 rue Michel Labrousse 31100 Toulouse.

Il s’adresse préférentiellement à des psychologues cliniciens ayant reçu une formation en psychodynamique du travail, mais peut s’ouvrir à d’autres cliniciens du travail, non psychologues, qui pourront démontrer un intérêt particulier pour la clinique individuelle. L’objectif étant de mettre en commun et en discussion leurs pratiques et leurs réflexions, membres en formation de l’AFPPT ou souhaitant le devenir.

Nous attirons l’attention des candidats sur l’engagement que représente la participation à ce séminaire. Afin que les conditions de la confiance et de la continuité du travail soient réunies, il s’agira d’un groupe fermé, constitué dès le début du cycle et qui ne pourra, sauf exception, accueillir de nouveaux participants.

Informations pratiques

Nombre : 10/12 personnes
7 séances par an, le lundi une fois par mois de 17h30 à 20h30

Dates 2022/2023 : 7/11/22, 28/11/22, 19/12/22, 16/01/23, 20/02/23, 13/03/23, 24/04/23

Lieu : ASTI Toulouse – 14 rue Michel Labrousse 31100 Toulouse
Tarifs pour une demi-journée :

  • tarif réduit (demandeu-se/r d’emploi, allocataire des minimas sociaux ou situation particulière à préciser –
    sur présentation d’un justificatif) : 25 € soit 175 € /an.
  • tarif membre AFPPT : 35 €, soit 245 € /an.
  • tarif individuel : 50 €, soit 350 € /an.
  • tarif institutions et entreprises (prise en charge par l’employeur) : 150 €, soit 1050 € /an.
    Règlement voir le formulaire d’inscription.

Contacts :
Béatrice Edrei : bedrei31@gmail.com ; tel : 06 75 74 53 68
Administratif ou financier : Virginie Hervé – Courriel : virginie.herve@ipdt.fr

Télécharger le document

Association française de psychopathologie et psychodynamique du travail : séminaire clinique 2022/2023 – Groupe toulousain

A lire dans le magazine

Réseaux Sociaux

Suivez-nous sur les réseaux sociaux pour des infos spéciales ou échanger avec les membres de la communauté.

Aidez-nous

Le site Souffrance et Travail est maintenu par l’association DCTH ainsi qu’une équipe bénévole. Vous pouvez nous aider à continuer notre travail.