Le cynisme, valeur montante du management

Emploi et Chômage, Stress Travail et Santé

Partager cet article :

Au travail, dans bien des cas, la « culture d’entreprise » et la motivation des salariés ont remplacé les structures contraignantes. Mais dans certains secteurs, comme le monde du conseil et de la banque, il est difficile de se persuader qu’on œuvre au bien de l’humanité. Paradoxalement, le désabusement peut alors se révéler un allié puissant du management et garantir la cohésion des équipes.

es consultants de Stanwell s’apprêtent à recevoir des candidats qui décoiffent. » Dans un spot pour une campagne de recrutement du cabinet de conseil en management parisien Stanwell, un jeune acteur tenant le rôle du recruteur, surnommé « Paul Stanwell », s’entraîne à la conduite d’entretiens (1). Face à lui, le candidat est représenté par un ventilateur qui envoie un puissant courant d’air et met à mal l’ordonnancement de son matériel de bureau comme son apparence convenue de cadre : costume, cravate, allure grave et impassible. Le ton est à la dérision ; toute référence à l’effort et au travail est ringardisée.
On peut s’étonner de ce choix pour promouvoir un cabinet dont la fonction est de placer des « experts » auprès de cadres dirigeants de multinationales, et de facturer ce service plusieurs milliers d’euros par jour. Mais, à travers cette mise en scène de la destruction des structures formelles de l’organisation, Stanwell souhaite démontrer sa conception « moderne » du travail.
Depuis quelques décennies, celle-ci se fonde essentiellement, comme l’ont montré Luc Boltanski et Eve Chiapello en 1999 dans Le Nouvel Esprit du capitalisme (2), sur les valeurs d’authenticité et de liberté. Le discours managérial vante l’épanouissement personnel, l’autonomie, la créativité. L’organisation du travail se caractérise par la fin du recours au pouvoir coercitif, remplacé par un pouvoir normatif, non moins efficace, qui repose sur l’instrumentalisation des émotions et des affects. Les salariés sont incités à adhérer aux « valeurs » maison, résumées par l’expression « culture d’entreprise », dont l’objectif est d’enchanter, voire de sacraliser, le travail.
« Le travail est amusant », « Ce n’est pas du travail, c’est de l’art » (Work is fun, It’s not work, it’s art) : autant de formules utilisées par les informaticiens que le sociologue Gideon Kunda (3) relevait dans son étude ethnographique d’un grand groupe de high-tech dans les années 1980. Il insistait sur l’investissement de ce géant de l’informatique pour construire ce qu’il appelait l’« idéologie » d’entreprise, à travers le déploiement d’une panoplie de symboles : culte de la personnalité du fondateur, exaltation de la technologie comme facteur de progrès humain, références quasi religieuses au travail dans des discours vidéodiffusés de manière répétée, etc.

« Mon cerveau et mon diplôme à la poubelle »

Avec sa campagne de promotion, le cabinet Stanwell prétend quant à lui faire l’économie de la construction d’une idéologie d’entreprise. Son spot se caractérise par l’annulation totale de l’institution-entreprise au profit de l’individu émotionnel et narcissique. Il se conclut par le slogan : « Stanwell recrute des personnalités. La vôtre. » Au lieu de présenter l’identité du cabinet, comme on pourrait s’y attendre dans une campagne de promotion, il en souligne, paradoxalement, l’absence. Rien n’est dit sur les fondateurs, l’« histoire », les « valeurs ». Au contraire, il s’agit de mettre en scène leur effacement au profit de « personnalités », concept vague et creux visant à donner l’illusion que l’activité professionnelle est détachée de tout contexte social. L’atmosphère sombre de la mise en scène et le scénario réduit à une démonstration de violence illustrent à la fois la vacuité et l’esprit mercenaire qui caractérisent le travail contemporain dans le monde du conseil en management et de la banque.

Lire la suite sur www.monde-diplomatique.fr


(2) Luc Boltanski et Eve Chiapello, Le Nouvel Esprit du capitalisme, Gallimard, Paris, 1999.
(3) Gideon Kunda, Engineering Culture : Control and Commitment in a High-Tech Corporation, Temple University Press, Philadelphie, 2006 (1re éd. : 1992).

A lire dans le magazine

Travail et chaleur

De nombreux métiers obligent les salariés à évoluer dans des environnements marqués par des...

Réseaux Sociaux

Suivez-nous sur les réseaux sociaux pour des infos spéciales ou échanger avec les membres de la communauté.

Aidez-nous

Le site Souffrance et Travail est maintenu par l’association DCTH ainsi qu’une équipe bénévole. Vous pouvez nous aider à continuer notre travail.