Au procès France Télécom, un médecin du travail raconte la souffrance

Suicide Au Travail

Lundi 20 mai au tribunal correctionnel de Paris, le témoignage d’un médecin du travail, Monique Fraysse, est venu interrompre des débats assez désincarnés jusque-là.

Droite à la barre, sa silhouette ne tremble pas. Les pieds sont joints, les bras tendus pour tenir le papier qu’elle lit d’une voix douce et monocorde. Monique Fraysse, 62 ans, médecin du travail chez France Télécom, aujourd’hui à la retraite, raconte. Et ses mots, parfois un peu éraillés par l’émotion, font naître des visages. Antoine, Alexandre, Daniel… Avec elle, ils entrent au tribunal, après deux semaines de bataille de chiffres et de débats techniques.
De 1994, date de son entrée dans l’entreprise, elle passe sans attendre à 2007, le moment où « les réorganisations se multiplient, nombreuses, désordonnées ». Elle se souvient des équipes cassées par les mobilités qui s’accélèrent alors, des salariés saisis par la peur de perdre leur poste.
En janvier 2007, la direction met en place des cellules d’écoute auxquelles les médecins du travail doivent participer…
Suite de l’article (payant) sur le site www.la-croix.com

A lire dans le magazine

Le désespoir du tracteur

Chaque jour, en France, entre un et deux travailleurs agricoles mettent fin à leur vie. Les...

Réseaux Sociaux

Suivez-nous sur les réseaux sociaux pour des infos spéciales ou échanger avec les membres de la communauté.

Aidez-nous

Le site Souffrance et Travail est maintenu par l’association DCTH ainsi qu’une équipe bénévole. Vous pouvez nous aider à continuer notre travail.