Comment éviter de nouveaux «France Télécom»

Stress Travail et Santé, Suicide Au Travail

Partager cet article :

La SNCF, La Poste, l’hôpital, l’Éducation nationale… La souffrance au travail et le harcèlement moral institutionnel, reconnus dans le verdict du procès France Télécom le 20 décembre dernier, touchent d’autres grandes structures, comme l’a mis en lumière un colloque organisé au Sénat le 20 janvier.

Une cinquantaine de cheminots se suicident au travail chaque année. Le chiffre est tristement brandi par des salariés de la SNCF présents au colloque « Souffrance au travail : quelles perspectives après France Télécom ? », organisé le 20 janvier au Palais du Luxembourg, à Paris, à l’initiative de Sophie Taillé-Polian, sénatrice Génération.s du Val-de-Marne. Et parmi la centaine de participants à cette manifestation, nombreux sont les syndicalistes ou acteurs de la prévention qui attestent de la souffrance psychique des personnels des grandes entreprises publiques, à l’hôpital ou dans la fonction publique d’Etat. Une souffrance générée par la dégradation des conditions de travail, notamment sous l’effet d’incessantes restructurations, ainsi que le corrobore un récent rapport du syndicat Solidaires Finances publiques.

Un tiers du personnel en moins

À la tribune, Christian Baudelot, professeur émérite de sociologie à l’Ecole normale supérieure, confirme le caractère préoccupant des évolutions du secteur public. Il regrette que « Guillaume Pepy, ancien PDG de la SNCF, [ait] toujours nié le lien entre le travail et les suicides », comme ce fut le cas à France Télécom. Il observe d’autres similitudes entre l’entreprise ferroviaire et l’ancien opérateur public des télécoms, à commencer par une réduction drastique des effectifs : au cours des vingt dernières années, la SNCF a perdu près du tiers de son personnel. Désormais, les salariés ne sont plus embauchés au statut de cheminot. En effet, au 1er janvier, l’entreprise est devenue une société anonyme (SA), tout comme France Télécom en 1996 ou La Poste en 2002. Selon Jérôme Vivenza, facteur et membre de la direction confédérale de la CGT en charge des questions de travail et santé, le passage de La Poste en SA a été lourd de conséquences : « La multiplication des missions contradictoires, la recherche du moindre coût et de la rentabilité maximale poussent l’entreprise à tout rationaliser. J’ai 1 minute 28 pour délivrer un courrier recommandé ! Tout cela génère de la souffrance au travail. »

Épuisement

Des personnels d’autres administrations qui, eux, bénéficient encore du statut de fonctionnaire subissent aussi des conditions de travail qualifiées de dangereuses par les médecins du travail, comme le rapporte Christian Baudelot. S’appuyant sur ses recherches de terrain dans les hôpitaux publics, le sociologue évoque « ces médecins qui enchaînent des gardes de 36 heures, ces pédiatres qui dorment dans leur voiture pour économiser du temps de sommeil, ou encore la part grandissante des tâches administratives dévolues aux infirmières ». 
Dans l’Éducation nationale, ce n’est pas mieux. En témoigne le suicide, le 21 septembre 2019, de Christine Renon, directrice d’une école maternelle à Pantin (Seine-Saint-Denis). Dans une lettre adressée à sa hiérarchie, elle a décrit ses conditions de travail particulièrement épouvantes, qui l’ont conduite à l’épuisement. Pour Christian Baudelot, la situation dans l’Education nationale et la réalité qu’ont connue les salariés de l’opérateur téléphonique présente des points communs tels que « l’investissement personnel, l’intensification du travail, les injonctions contradictoires ».

Lire la suite sur le site sante-et-travail.fr

A lire dans le magazine

Travail et chaleur

De nombreux métiers obligent les salariés à évoluer dans des environnements marqués par des...

Réseaux Sociaux

Suivez-nous sur les réseaux sociaux pour des infos spéciales ou échanger avec les membres de la communauté.

Aidez-nous

Le site Souffrance et Travail est maintenu par l’association DCTH ainsi qu’une équipe bénévole. Vous pouvez nous aider à continuer notre travail.