Intensifier sa vie pour défier la mort ?

Stress Travail et Santé

Partager cet article :

« Débordé ». L’adjectif traduit littéralement notre situation actuelle, selon la philosophe C. Fleury : dépassés par les événements, mais aussi expulsés de notre propre vie. Et si la nature nous aidait à retrouver un sens de la limite salutaire ?


Extrait du numéro du 29 novembre 2016. La consultation de l’article est payante.


Vous conjuguez vos réflexions de philosophe avec une activité de psychanalyste (et, par le passé, Je suis débordé, donc je suis ?pendant plusieurs années, vous avez fait des permanences à la cellule d’urgence médico-psychologique de Paris). Dans quelles réalités vous semble s’incarner le phénomène d’accélération ?
Cynthia Fleury – Il y a un phénomène d’expulsion de son espace-temps, qui peut être de l’accélération, mais pas uniquement. Les individus se sentent comme « expulsés » de leur vie. Je pense à ce que disait Bettelheim sur les comportements autistiques. Pour calmer un autiste, il faut mettre des bords, car ils ont des « comportements de frontières ». Ils doivent « toucher », « mettre du bord », pour récupérer un espace et un temps parce que, précisément, ils ne se sentent pas intégrés dans un espace-temps. Quand les gens me disent : « Je suis dé-bordé », le mot est très juste. La société, dans sa psychose ordinaire, pousse les gens à sortir de leurs bords, leur donnant le sentiment qu’ils sont perpétuellement à nu, sans enveloppe, mis à disposition. L’hystérie, ou tout autre comportement à tendance psychotique (variant selon la personnalité de chacun) devient une réaction quasi épidermique tant l’usure est grande. C’est un phénomène d’érosion, qui découle d’un management par le harcèlement, par la placardisation. Il remet en cause l’enveloppe psychique de l’autre, un autre que l’on vient attaquer directement ou plus sournoisement.
Plus qu’une accélération, c’est un phénomène de dépossession et de déperdition. Les uns et les autres sont soumis à une expulsion de leur vie, qui peut confiner à une expulsion corporelle – au sens où ils ne se supportent plus ou mal. C’est la traduction somatique du fait de ne plus avoir de place, d’espace, de temps…

Lire la suite (payante) sur le site de la revue Projet : www.revue-projet.com

A lire dans le magazine

Travail et chaleur

De nombreux métiers obligent les salariés à évoluer dans des environnements marqués par des...

Réseaux Sociaux

Suivez-nous sur les réseaux sociaux pour des infos spéciales ou échanger avec les membres de la communauté.

Aidez-nous

Le site Souffrance et Travail est maintenu par l’association DCTH ainsi qu’une équipe bénévole. Vous pouvez nous aider à continuer notre travail.