La maison qui soignait les policiers – Jeudi 3 mars 2022 à 23h sur France 3 Centre-Val de Loire

Stress Travail et Santé

Partager cet article :

Le documentaire « La maison qui soignait les policiers » met en avant «Le Courbat». Un centre de soins pour accueillir et soigner les policiers victimes d’addictions, de Burn out et autres traumatismes psychologiques.

« La maison qui soignait les policiers », jeudi 3 mars 2022 à 23.00 sur France 3 Centre-Val de Loire 

Il n’y a pas si longtemps le fonctionnaire des forces de l’ordre était une figure respectée par la majorité de la population, l’enfant était fier, dans la cour de récréation, de dire que son papa était policier ou gendarme. L’uniforme rassurait, sécurisait.

Aujourd’hui, pour la police, tout a changé : le flic fait peur, est insulté, marginalisé dans la société civile. Parfois l’uniforme est devenu une cible. Et le fils ou la fille du policier doit parfois cacher à ses petits camarades le métier de son papa ou de sa maman. Notre société fragmentée est devenue un lieu d’affrontements verbaux ou physiques.

Ces dernières années, en moyenne, un policier se suicide par semaine.

Indéniablement, il y a un malaise policier. « Le Courbat » est le réceptacle de ce malaise. Créé par un syndicat de CRS il y a 70 ans pour soigner la tuberculose, cet établissement, perdu dans la campagne, est devenu un des centres de soins les plus réputés pour la lutte contre toutes les formes d’addictions, Burn out et autres traumatismes psychologiques. C’est la seule clinique, en France, qui prend en charge les difficultés psychologiques des forces de l’ordre.

« La maison qui soignait les policiers »,
jeudi 3 mars 2022 à 23.00 sur France 3 Centre-Val de Loire 

A lire dans le magazine

Travail et chaleur

De nombreux métiers obligent les salariés à évoluer dans des environnements marqués par des...

Réseaux Sociaux

Suivez-nous sur les réseaux sociaux pour des infos spéciales ou échanger avec les membres de la communauté.

Aidez-nous

Le site Souffrance et Travail est maintenu par l’association DCTH ainsi qu’une équipe bénévole. Vous pouvez nous aider à continuer notre travail.