Le préjudice d'anxiété d'anciens mineurs reconnu aux prud'hommes

Stress Travail et Santé

Partager cet article :

Le préjudice d’anxiété de dix anciens mineurs de fer lorrains exposés au risque de développer de graves maladies professionnelles a été reconnu, vendredi 6 février, par la justice prud’homale à Longwy (Meurthe-et-Moselle) – une première en France.

Le conseil des prud’hommes a condamné le liquidateur de la société Lormines, l’ancien exploitant des mines de fer aujourd’hui fermées, à verser 4 500 euros de dommages et intérêts à chacun des dix demandeurs.
« UN MOMENT HISTORIQUE »
« C’est un moment historique, c’est la première fois que des mineurs font condamner les anciens exploitants, je devrais dire exploiteurs, pour les avoir exposés à des produits cancérogènes », s’est félicité François Dosso, responsable de la CFDT Mineurs, la voix nouée par l’émotion. « C’est une grande victoire pour la corporation minière, mais aussi pour l’ensemble des salariés qui sont exposés à des produits cancérogènes par la faute de l’employeur ».
La bataille juridique est toutefois loin d’être terminée : à Forbach (Moselle), les prud’hommes étudient des demandes similaires de 850 anciens mineurs des houillères de Lorraine, opposés à leur ancien employeur Charbonnages de France. Un premier jugement sur une partie de ces dossiers est attendu à partir de mai.

Lire la suite (payant) et le reportage : La peur blanche des gueules noires de Lorraine

A lire dans le magazine

Travail et chaleur

De nombreux métiers obligent les salariés à évoluer dans des environnements marqués par des...

Réseaux Sociaux

Suivez-nous sur les réseaux sociaux pour des infos spéciales ou échanger avec les membres de la communauté.

Aidez-nous

Le site Souffrance et Travail est maintenu par l’association DCTH ainsi qu’une équipe bénévole. Vous pouvez nous aider à continuer notre travail.