Suicide à l'HEGP : le mouvement de défense de l'hôpital public dénonce le « pouvoir sans partage des directeurs »

Stress Travail et Santé, Suicide Au Travail

Partager cet article :

Une trentaine de praticiens hospitaliers réunis sous la bannière du mouvement de défense de l’hôpital public (MDHP) appelle à la mise en place de règles de fonctionnement collectif « transparentes » et « plus démocratiques » dans les établissements publics.

Réagissant au suicide du Pr Jean-Louis Megnien à l’Hôpital européen Georges-Pompidou (HEGP), les signataires* du communiqué de presse commun prennent surtout le contre-pied des premières conclusions de l’enquête administrative, qui n’a pas reconnu la responsabilité directe de la direction de l’établissement dans le décès du cardiologue.
Les médecins rappellent au contraire « les nombreux cas rapportés de souffrance au travail pour harcèlement et très concrètement pour humiliations en public répétées, mises au placard, sanctions arbitraires apprises par mail sans entretien préalable, espionnage du courrier, non-réponse aux lettres et aux demandes de rendez-vous, réduction des personnes à leur production de tarification à l’activité (T2A), etc. ».
Pallier les abus de pouvoir
Ce constat posé et afin de remédier aux abus de pouvoir, le mouvement de défense de l’hôpital public réclame une commission des conflits «composée de personnes indépendantes dont des personnes qualifiées indépendantes de l’institution».
Alors que les enquêteurs ont mis en lumière des dysfonctionnements en termes de nomination et succession des chefferies à l’HEGP, le mouvement rappelle que la gestion d’une équipe médicale nécessite outre des compétences médicales et managériales des « capacités d’animation, d’organisation et [des] qualités humaines […], dont la première est le respect des personnes, collaborateurs médicaux et non médicaux, étudiants et patients ».
Enfin, donnant un tour très politique à l’actualité, le collectif rappelle que l’hôpital tel qu’on le connaît est le résultat des principes inscrits dans la loi Bachelot (HPST), « qui a voulu donner le pouvoir sans partage aux directeurs, seuls maîtres à bord ».

Lire la suite sur le site Le quotidien du médecin
———-
* Dont les Prs Bernard Granger, André Grimaldi, Nicolas Thiounn, Emmanuel Masméjean, Philippe Halimi, Guy Moulin et les Drs Jacques Trévidic, Nicole Smolski, Max-André Doppia.

A lire dans le magazine

Travail et chaleur

De nombreux métiers obligent les salariés à évoluer dans des environnements marqués par des...

Réseaux Sociaux

Suivez-nous sur les réseaux sociaux pour des infos spéciales ou échanger avec les membres de la communauté.

Aidez-nous

Le site Souffrance et Travail est maintenu par l’association DCTH ainsi qu’une équipe bénévole. Vous pouvez nous aider à continuer notre travail.