Les acteurs de l'écoute et du soutien aux soignants sont plus que jamais mobilisés

Evènements

Partager cet article :

Écoute, soutien ou petites attentions. Qu’il s’agisse de prévention ou de plateformes d’appels, les acteurs de l’écoute aux soignants sont sur le pont. Depuis le début de la crise sanitaire, différents réseaux continuent de s’organiser.

Alors que le nombre de prises en charge de patients atteints de Covid-19 s’accroît de jour en jour, les initiatives de soutien psychologique entre professionnels de santé continuent de se multiplier (lire notre dossier). Parmi elles, les dispositifs de soutien en place tout au long de l’année continuent leur action. C’est le cas par exemple de l’Entraide mise en place par l’Ordre des médecins, qui dispose d’un numéro d’assistance gratuit et de relais en région. Parmi les pionniers de l’écoute de la souffrance des soignants et plus largement de tout professionnel du secteur de la santé, l’association Soins aux professionnels en santé (SPS) — et ses trois partenaires, les réseaux Souffrance & Travail, le Service de Santé des Armées et le réseau national d’expert en risque psycho-sociaux Morphée — a lancé ce 23 mars une nouvelle campagne pour la mise en place d’un soutien psychologique, ciblant plus spécifiquement le Grand-Est, en première ligne face à l’épidémie. Les 1 000 psychologues, médecins généralistes et psychiatres qui composent le réseau, au service des professionnels en santé en souffrance, sont joignables en téléconsultations ou consultations via un numéro vert, ouvert 7j/7 et 24h/24, ou par l’application de l’association.

Accompagner psychologiquement les soignants, c’est possible avec le dispositif de l’@AssoSPS avec le soutien notamment de la région @idf et des ARS @ars_pdl @ars_grand_est @arsbfc @ARS_IDF @ars Bretagne et de la @cnamts pic.twitter.com/DtJon4ZAkg— Catherine CORNIBERT (@CathCornibert) March 22, 2020

Parmi les acteurs « installés » de la souffrance au travail, se trouvent aussi des structures syndicales. L’Observatoire de la souffrance au travail (Osat) de l’intersyndicale Action praticiens hôpital (APH) épaule les personnels en souffrance pendant cette épisode de crise. « Nous n’enregistrons pas plus de déclaration en ligne qu’habituellement, nous sommes tous dans la gestion de la crise sanitaire, la demande viendra sûrement ensuite, quand la crise sera passée, et il faudra être à l’écoute. Pour le moment, la grille de déclaration de l’Osat est modifiée pour permettre l’expression de la souffrance en lien avec le traumatisme que peuvent subir les soignants actuellement« , explique à Hospimedia pour l’Osat, le Dr Ségolène Arzalier, qui relaye aussi sur les réseaux sociaux l’initiative de l’association SPS, ainsi que les recommandations édictées par les services de santé au travail (lire notre dossier). Pas de concurrence donc, mais un réel élan de solidarité au sein même du secteur, pour prendre soin de ceux qui sont mobilisés au front.

Lire la suite sur le site https://www.hospimedia.fr/

A lire dans le magazine

1er mai : REPOS !

Ré-apprenons à nous poser et nous reposer... Le repos (jeune fille couchée), par William...

Réseaux Sociaux

Suivez-nous sur les réseaux sociaux pour des infos spéciales ou échanger avec les membres de la communauté.

Aidez-nous

Le site Souffrance et Travail est maintenu par l’association DCTH ainsi qu’une équipe bénévole. Vous pouvez nous aider à continuer notre travail.