Film : De Bon Matin

Artistes du Travail

Partager cet article :

Lundi matin, Paul Wertret, cinquante ans, se rend à la Banque Internationale de Commerce et de Financement, où il est chargé d’affaires.
Il arrive, comme à son habitude, à huit heures. Il s’introduit dans une salle de réunion, sort un revolver et abat deux de ses supérieurs. Puis il s’enferme dans son bureau. Dans l’attente des forces de l’ordre, cet homme, jusque là sans histoire, revoit des pans de sa vie et les évènements qui l’ont conduit à commettre son acte.
Un film de Jean-Marc Moutout avec Jean-Pierre Darroussin, Valérie Dréville, Laurent Delbecque, Yannick Renier et Xavier Beauvois.
Sortie le 5 Octobre 2011.
Voir le site du film.
 

La critique du film

par Sylvie TAYMONT de la consultation Souffrance et Travail de Sedan
Le 25 09 11, invitée en avant-première, je suis partie de «bon matin….». Surprise de cette invitation et étonnée par son contenu, plusieurs mois déjà où je pense que les prochains drames du travail seront des homicides. Inspiré d’un fait divers de 2004, année où j’ai ouvert mon cabinet, coïncidence trop importante pour louper cette première.
Film très touchant, je me suis laissée aller au fond de mon confortable fauteuil, parfois simple spectatrice émue à en verser des larmes parfois professionnelle à analyser les impasses du personnage et le travail que j’aurais engagé avec lui.
Peut-être y aura-t-il tentation à rendre responsable le film de ces prochains passages à l’acte imminents, mais le film n’y sera pour rien. Et oui, nous en sommes là !! Voilà le risque à rechercher constamment la reddition émotionnelle des individus.
Tout y est : la violence ordinaire du monde du travail, l’acceptation passive de la déshumanisation, la banalisation du mal et de l’injustice sociale, les conséquences sur la sphère privée, et cette satanée solitude ; comme le disait si bien Victor Hugo : « l’enfer est tout entier dans ce mot : solitude ».
Paul Wertret (si bien interprété par JP Darroussin) nous emmène dans cet abîme où toute l’identité va se morceler, où la vie va s’étioler. Pourtant la nature était belle et généreuse, le confort douillet, la famille aimante, le travail central et plein de promesses… Il n’a fallu que quelques décisions bien éloignées du travail humain pour que tout s’écroule.
La culpabilité, c’est bien à ce moment-là, quand elle va resurgir, qu’il devient impossible de se regarder ou peut être de se reconnaitre. C’est aussi à ce moment-là que Paul va décider de mener le combat mais il n’a pas compris ce n’est pas à armes égales, il a déjà perdu. Il n’a plus d’autres choix….
Merci Mr Moutout pour tous ceux qui n’ont pu expliquer leur geste, merci Mr Darroussin pour cette magie émotionnelle.

A lire dans le magazine

Le Courage, de Jean Jaurès

Un magnifique passage du discours de Jean Jaurès sur le courage, lors d'une cérémonie de remise...

Réseaux Sociaux

Suivez-nous sur les réseaux sociaux pour des infos spéciales ou échanger avec les membres de la communauté.

Aidez-nous

Le site Souffrance et Travail est maintenu par l’association DCTH ainsi qu’une équipe bénévole. Vous pouvez nous aider à continuer notre travail.