Pesticides: "faute inexcusable" de Nutrea

Crimes Industriels

Partager cet article :

Le tribunal des affaires de sécurité sociale (TASS) de Saint-Brieuc a reconnu ce jeudi « la faute inexcusable » de l’entreprise Nutréa, poursuivie par deux anciens salariés victimes d’une grave intoxication par des pesticides utilisés pour traiter des céréales.

Pour le tribunal, l’accident du travail dont ont été victimes Laurent Guillou, 42 ans, et Stéphane Rouxel, 48 ans, le 15 mai 2010, après l’utilisation d’un pesticide en trop grande quantité sur le site de Plouisy (Côtes-d’Armor), « est dû à la faute inexcusable de la société NNA ».
Il ordonne également une expertise médicale pour évaluer le préjudice et fixer le montant de l’indemnisation des victimes. En revanche, le tribunal a jugé prescrite la demande de reconnaissance en « faute inexcusable » de l’entreprise concernant l’intoxication de ces salariés en avril 2009 par un pesticide, le Nuvan total, qui avait été interdit en juin 2006.
« Aujourd’hui, c’est la satisfaction », a déclaré à la presse Laurent Guillou. « Ils se sont comportés comme des vrais voyous » mais « les conditions de travail n’ont pas changé », a-t-il poursuivi, en notant qu' »il n’y a pas besoin de tous ces produits chimiques pour conserver les céréales ». Souffrant de maux de tête, de douleurs au ventre, de saignements, de brûlures au visage et au cuir chevelu récurrents, Laurent Guillou et Stéphane Rouxel ont subi de nombreux arrêts de travail dans le cadre d’un accident du travail reconnu par la sécurité sociale.
Ils souffrent toujours, depuis cet accident, d’un syndrome d’intolérance aux solvants et aux odeurs chimiques et ont été déclarés inaptes au travail avant d’être licenciés en juin et juillet 2011 par Nutréa, filiale de la coopérative bretonne Triskalia.
Via LeFigaro.fr

A lire dans le magazine

L'homme a mangé la Terre

De la révolution industrielle à aujourd’hui, un décryptage minutieux de la course au développement...

Réseaux Sociaux

Suivez-nous sur les réseaux sociaux pour des infos spéciales ou échanger avec les membres de la communauté.

Aidez-nous

Le site Souffrance et Travail est maintenu par l’association DCTH ainsi qu’une équipe bénévole. Vous pouvez nous aider à continuer notre travail.