Harcèlement moral : les méthodes de management à nouveau épinglées par la Cour de cassation

Dans la Loi, Stress Travail et Santé

Partager cet article :

La Cour de cassation vient une nouvelle fois de rappeler qu’une situation de harcèlement moral pouvait être reconnue à l’égard d’un salarié au regard de méthodes de gestion mises en œuvre par l’employeur.  

Ainsi, la cour d’appel ne pouvait valablement écarter la reconnaissance d’une situation de harcèlement moral et les demandes y afférentes de la part du salarié au motif « que les éléments apportés par ce dernier portaient sur des considérations trop générales concernant les méthodes de gestion du centre d’appel dirigé par la société et que les agissements de harcèlement moral collectif dénoncés ne s’étaient pas manifestés personnellement pour le salarié déterminé qui s’en prévalait ».

En effet, la Cour d’appel aurait dû prendre en compte les déclarations des salariés qui témoignaient :

  • d’une part, « de pressions en matière d’objectifs, imposées aux directeurs de projets, aux responsables de projets, aux chargés de terrain, aux superviseurs et aux téléconseillers par une organisation très hiérarchisée du directeur de site et qui se traduisaient par une surveillance des prestations décrite comme du “flicage” » ; et
  • d’autre part, « d’une analyse de leurs prestations qu’ils ressentaient comme une souffrance au travail».

Ainsi, il suffit qu’un salarié vive plus mal ces méthodes de gestion que les autres membres de son équipe pour que le harcèlement moral puisse être retenu.

Le fait que les agissements dénoncés ne soient pas exclusivement destinés à une ou plusieurs victimes nommément identifiées est donc indifférent.

En l’espèce, le salarié avait pris acte de la rupture de son contrat de travail et produit au soutien de ses demandes de nombreuses attestations, auditions de salariés recueillies dans le cadre de plusieurs plaintes pénales et extraits de presse faisant état des méthodes de management générant une souffrance au travail, de documents médicaux concernant l’arrêt de travail dont il a fait l’objet et d’une tentative de suicide liée à « un ras le bol professionnel », des constatations du médecin du travail etc.

Les éléments de preuve rapportés par le salarié étaient donc relativement lourds et auraient donc dû, pris dans leur ensemble, laisser présumer l’existence d’un harcèlement moral par la Cour d’appel.

Il ne s’agit toutefois pas du premier arrêt rendu en ce sens par la Cour de cassation qui avait déjà reconnu l’existence d’un harcèlement moral managérial en 2009 :

« Peuvent caractériser un harcèlement moral les méthodes de gestion mises en œuvre par un supérieur hiérarchique dès lors qu’elles se manifestent, pour un salarié déterminé, par des agissements répétés ayant pour objet ou pour effet d’entraîner une dégradation des conditions de travail susceptibles de porter atteinte à ses droits et à sa dignité, d’altérer sa santé physique ou mentale ou de compromettre son avenir professionnel. » (Cass. soc. 10 novembre 2009 n° 07-45.321)

En parallèle, la démonstration d’une intention de nuire par l’auteur des faits avait également été écartée par la Chambre sociale le même jour. (Cass. soc. 10 novembre 2009 n° 08-41.497) 

D’une approche purement individuelle, la notion de harcèlement moral a progressivement évolué vers une dimension collective fondée sur l’organisation du travail.

Cette notion a d’ailleurs récemment atteint son paroxysme sur le plan pénal avec la reconnaissance d’un harcèlement moral dit institutionnel à l’égard de la Société France Telecom. (TGI Paris, 31e ch., 2e sect., 20 déc. 2019, no 0935790257)

Lire la site sur le site https://detwiler-avocat.fr

A lire dans le magazine

CSE : recours à des experts

Dans les entreprises comptant au moins 50 salariés, le comité social et économique (CSE), peut, le...

Réseaux Sociaux

Suivez-nous sur les réseaux sociaux pour des infos spéciales ou échanger avec les membres de la communauté.

Aidez-nous

Le site Souffrance et Travail est maintenu par l’association DCTH ainsi qu’une équipe bénévole. Vous pouvez nous aider à continuer notre travail.