Covid-19 : des risques psychosociaux occultés

Stress Travail et Santé

Partager cet article :

Avec le port du masque obligatoire sur les lieux de travail clos, le gouvernement semble avoir pris la mesure des risques de contamination en entreprise. Ce n’est pas encore le cas pour les risques psychiques liés à l’épidémie de Covid-19, malgré une alerte du Conseil scientifique.

Les risques de transmission du Covid-19 par aérosols sont fortement suspectés par les scientifiques depuis plusieurs semaines (voir notre article). Et, au regard d’une transmission aéroportée, la distanciation physique de 1 mètre actuellement préconisée sur le lieu de travail n’est pas suffisante. De fait, 182 clusters de contamination, soit 24% de l’ensemble de ceux identifiés depuis le 9 mai, ont été comptabilisés dans les entreprises privées et publiques. Il aura fallu néanmoins attendre une nouvelle mise au point du Haut Conseil de la santé publique, publiée le 14 août, pour que le ministère du Travail se décide à prendre des mesures.

Pour protéger les salariés mais aussi enrayer la reprise de l’épidémie, le port du masque deviendra obligatoire dans les entreprises à compter du 1er septembre dans tous « les espaces clos et partagés », comme les bureaux partagés, open space, salles de réunions, vestiaires ou couloirs. Les employeurs seront tenus de fournir à leurs salariés lesdits masques. Pour les organisations syndicales, cette évolution des règles sanitaires en entreprise ne suffit pourtant pas. Elles estiment urgent d’entamer des négociations sur l’organisation et les conditions de travail en période de pandémie, ou encore de parvenir à un accord national sur le télétravail afin de mieux encadrer ses modalités.

Mieux prévenir la souffrance au travail

Certains risques liés à la pandémie semblent également échapper au radar du gouvernement. Dans son dernier avis publié fin juillet, le Conseil scientifique chargé d’éclairer l’exécutif s’est pour la première fois alarmé des risques psychosociaux (RPS) au travail. Préconisant des études au niveau national pour prévenir et accompagner la souffrance psychique, les treize experts estiment qu’elle devrait faire l’objet d’une vigilance de la part tant des employeurs que des pouvoirs publics.
Le Conseil scientifique rappelle que le confinement a éprouvé les organisations et les personnes. Et ses effets différés peuvent se manifester dans la durée. « Des expériences personnelles difficiles vécues pendant l’épidémie peuvent être mal identifiées ou mal reconnues, être la source de difficultés organisationnelles ou personnelles, voire d’états pathologiques chez certains salariés », soulignent les experts.

Lire la suite sur le site www.sante-et-travail.fr

A lire dans le magazine

Stress et Accident Cardiaque

  Une première reconnaissance par la Cour de Cassation de la faute inexcusable de l'employeur...

Réseaux Sociaux

Suivez-nous sur les réseaux sociaux pour des infos spéciales ou échanger avec les membres de la communauté.

Aidez-nous

Le site Souffrance et Travail est maintenu par l’association DCTH ainsi qu’une équipe bénévole. Vous pouvez nous aider à continuer notre travail.