Hausse des suicides de surveillants de prison

Suicide Au Travail

Partager cet article :

Les suicides chez les surveillants pénitentiaires masculins sont 20% plus nombreux que dans la population générale, selon une vaste étude rendue publique mercredi par l’Institut de veille sanitaire (InVS).

L’étude, la première jamais réalisée sur la mortalité des agents pénitentiaires, a porté sur plus de 43.000 personnes dont 32.000 hommes et 11.000 femmes ayant travaillé dans l’administration pénitentiaire au moins pendant un an entre 1990 et 2008.
Mais alors que l’étude ne montre pas de surmortalité générale par rapport à la population générale, les chercheurs ont découvert « un excès de suicides statistiquement significatif de 21% » chez les hommes, soit 184 décès observés contre 152 attendus (en appliquant à ce groupe le taux de suicide de la population générale).
Les plus touchés étaient les surveillants (166 décès observés pour 136 attendus) devant les agents techniques, beaucoup moins nombreux proportionnellement (avec 10 décès observés pour 4 attendus). Chez les femmes en revanche, les taux de suicide était similaire à ceux de la population générale (12 décès pour 13 attendus), y compris dans la filière surveillance.
Dans leur étude, les chercheurs de l’InVS relèvent que « l’excès de suicide chez les surveillants pénitentiaires est cohérent » avec des études déjà menées tant en France qu’à l’étranger. Tout en soulignant que l’excès de suicides n’a probablement pas « une origine unique », il notent que les surveillants « sont exposés à des contraintes psychosociales reconnues délétères pour la santé psychique et pouvant constituer un élément déclencheur des conduites suicidaires ».
Ils rappellent qu’une étude avait déjà montré en 1996 que les agents de l’administration pénitentiaire souffraient plus fréquemment de dépressions ou de troubles de l’anxiété qui sont des « facteurs de risque de suicide ». Ces derniers disposent également d’un accès plus facile aux armes à feu qui peut faciliter le passage à l’acte suicidaire, ajoutent-ils .
Via Le Figaro

A lire dans le magazine

Rigolez, vous êtes exploité

« Vous êtes éreinté ? Votre activité professionnelle vous plonge dans la dépression ? Vous songez...

Réseaux Sociaux

Suivez-nous sur les réseaux sociaux pour des infos spéciales ou échanger avec les membres de la communauté.

Aidez-nous

Le site Souffrance et Travail est maintenu par l’association DCTH ainsi qu’une équipe bénévole. Vous pouvez nous aider à continuer notre travail.