Suicide chez les professionnels de santé

Suicide Au Travail

Partager cet article :

Les médecins sont à haut risque de suicide. Les femmes et certaines spécialités sont plus exposées. Les données sont quasiment inexistantes pour les autres professionnels de santé.

CONTEXTE

Le suicide est un acte déclenché par divers facteurs dont l’activité professionnelle. En effet, l’environnement psychosocial du travail et les contraintes particulières de certaines professions pourraient favoriser le risque de suicide. Les médecins et autres agents de santé tels que les infirmières sont considérés comme des groupes à haut risque de suicide dans différents pays, en particulier pour les femmes. Si le risque de suicide est beaucoup plus élevé chez les hommes en population générale, les femmes médecins pourraient avoir au contraire des taux de suicide plus élevés.

De même, si les conditions de travail des médecins varient considérablement d’un pays à l’autre et en fonction des époques, l’influence de ces facteurs sur le suicide des médecins n’a jamais été étudiée. En Europe, par exemple, des incitations ont été prises pour réglementer le temps de travail des médecins, notamment via une directive européenne qui pourrait avoir influencé la qualité de vie au travail des médecins et le risque suicidaire.
Enfin, certaines spécialités médicales ou chirurgicales ont été suggérées comme étant particulièrement à risque de suicide avec des facteurs professionnels spécifiques : charge de travail lourde et horaires de travail décalés (avec la privation de sommeil associée), stress des situations (urgences vitales), ou accès facile à un moyen de se suicider.

Pour mettre en œuvre des stratégies préventives coordonnées et synergiques, il est nécessaire d’identifier le risque de suicide des professionnels de santé (suicide, tentatives de suicide, idées suicidaires). Nous avons émis l’hypothèse que :

• les médecins sont plus à risque de se suicider que la population générale ;
• les femmes médecins sont plus à risque de se suicider que leurs homologues masculins ;
• certains pays auraient des taux de suicide plus élevés chez les médecins ;
• une amélioration s’observe au fil du temps ;
• certaines spécialités médicales ou chirurgicales seraient plus à risque de suicide ;
• les médecins présenteraient également des taux plus élevés de tentatives de suicide et d’idées suicidaires ;
• d’autres travailleurs de la santé seraient également à risque de suicide.

Ainsi, nous avons mené une revue systématique de la littérature et une méta-analyse pour fournir des données factuelles sur le risque de suicide chez les professionnels de santé, en tenant compte des facteurs sociodémographiques et professionnels, et en incluant les tentatives de suicide et les idées suicidaires.

Suicide chez les professionnels de santé

Les anesthésistes, psychiatres, médecins généralistes et chirurgiens généraux sont plus à risque

RÉSULTATS

Les médecins sont une profession à risque, avec un excès de risque de 44 % de décès par rapport aux autres professions (méta-risque : 1,44 ; intervalle de confiance à 95 % [IC 95 %] : 1,16-1,72), en particulier les femmes médecins (méta-risque : 1,94 ; IC 95 % : 1,49-2,28 pour les femmes médecins contre méta-risque : 1,24 ; IC 95 % : 1,05-1,43 pour les hommes), comme le montre le tableau ci-dessous.

Certains pays sont particulièrement à risque comme les États-Unis (méta-risque : 1,92 ; IC 95 % : 1,29-1,96) et le taux de suicide chez les médecins a diminué avec le temps, en particulier en Europe (p : 0,044). Si l’on considère la fraction des suicides de médecins qui leur sont imputables, certaines spécialités sont surreprésentées : c’est le cas des anesthésistes, des psychiatres, des médecins généralistes et des chirurgiens généraux (voir ci-dessous).

La prévalence des suicides chez les médecins (12 études) était de 4 % de l’ensemble des causes de décès (3-5 %) ; celle des médecins ayant fait une tentative de suicide (5 études) parmi tous les médecins était de 1 % (IC 95 % : 1-2 %) ; celle des médecins ayant des idées suicidaires parmi tous les médecins (12 études) de 17 % (IC 95 % : 12-21 %).

Suicide chez les professionnels de santé

La suite de l’étude sur le site https://www.concourspluripro.fr/sante-au-travail/

A lire dans le magazine

Rigolez, vous êtes exploité

« Vous êtes éreinté ? Votre activité professionnelle vous plonge dans la dépression ? Vous songez...

Réseaux Sociaux

Suivez-nous sur les réseaux sociaux pour des infos spéciales ou échanger avec les membres de la communauté.

Aidez-nous

Le site Souffrance et Travail est maintenu par l’association DCTH ainsi qu’une équipe bénévole. Vous pouvez nous aider à continuer notre travail.