Covid-19 : syndicats et patronat préparent un protocole de bonnes pratiques

Emploi et Chômage, Stress Travail et Santé

Partager cet article :

Trop de salariés contraints de travailler ne sont pas suffisamment protégés du coronavirus. Confrontés à l’inquiétude, aux pressions sur l’emploi d’un côté et aux menaces d’utilisation du droit de retrait de l’autre, les partenaires sociaux négocient un accord.

Assaillis d’appels venant de salariés inquiets, les syndicats réclament l’application des « mesures barrières » nécessaires à leur protection et à l’endiguement de l’épidémie de Covid-19. Hier, les cinq confédérations syndicales et les trois organisations patronales1 ont solidairement « appelé pouvoirs publics et entreprises à mettre en œuvre les moyens indispensables à la protection de la santé des salariés devant travailler ». Elles planchent actuellement sur un protocole d’accord afin de fixer des bonnes pratiques, identiques d’un établissement à l’autre. Car chaque jour qui passe montre une hétérogénéité préoccupante dans le respect des mesures minimales de prévention, de télétravail, du droit de retrait et de l’arrêt ou du maintien de l’activité selon les secteurs d’activité, les entreprises et leurs dirigeants.

« Aucun équipement de protection »

« Nous sommes des salariées oubliées. » Dans la voix de Nella Dosnet, aide à domicile à Clermont-Ferrand, se mêlent fatigue et colère. Ce jeudi 19 mars, elle travaille chez une jeune femme handicapée à la suite d’une rupture d’anévrisme. Nella Dosnet fait partie de ces Français pour lesquels le télétravail n’est pas une option et qui doivent continuer à se déplacer pour accomplir leur activité professionnelle en dépit de l’épidémie. « A domicile, on ne fait pas que le ménage, souligne-t-elle. On fait la toilette de la personne, on la change, on la lève, on la couche. En pratique, c’est un travail d’aide-soignant. Pourtant nous n’avons toujours aucun équipement de protection ! » Ni gel hydroalcoolique, ni masques, ni gants. Déléguée syndicale CFDT, elle a envoyé « un courrier salé » à son employeur, troisième groupe français du secteur de l’aide à la personne (14 500 salariés), qui intervient en maison de retraite, résidence médicalisée ou au domicile. En vain. « La direction a seulement suspendu toutes les missions relevant du seul ménage. » Quant au droit de retrait, Nella Dosnet n’y songe même pas : « Si je ne vais pas chez cette jeune femme handicapée, elle ne sera pas levée, ni lavée ! » Il lui faut continuer, malgré la boule au ventre.

Ces entreprises qui ne jouent pas le jeu

L’anxiété a envahi très vite les salariés contraints de travailler, parce qu’ils sont dans des secteurs d’intérêt général ou parce que leur employeur ne leur laisse pas le choix, même s’il n’a pas pris tous les moyens de prévention qui s’imposent. Au micro de France Inter, mercredi 18 mars, le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, a dénoncé « l’insuffisance des barrières de protection, notamment dans la distribution alimentaire, les services à domicile, les chauffeurs de la répartition pharmaceutique mais aussi la pénitentiaire » ou dans les hôpitaux « pour les personnes qui font le nettoyage ». Le leader de la CFDT a aussi épinglé les entreprises qui « ne jouent pas le jeu en termes de prise d’arrêts maladie et d’indemnités journalières pour les gardes d’enfants, en faisant pression sur les salariés ». C’est le cas de cet hypermarché Leclerc près de Nancy (Meurthe-et-Moselle). « Quand ils demandent à prendre les 14 jours auxquels ils ont droit pour garder leurs enfants, la direction leur explique qu’ils risquent de perdre 4 à 5 jours et qu’elle ignore quand ces indemnités pourront être versées, témoigne Stéphane Petitdemange, délégué syndical CFDT. Quand on a un petit salaire, entre 800 à 900 euros par mois, ça fait réfléchir ! La plupart des femmes, qui représentent la majorité du personnel, ont préféré confier leurs enfants à une nourrice, de peur de se faire mal voir, de perdre leurs revenus. La direction craint plus que tout de manquer de bras ! »

Dans tout le pays, les entreprises paniquent en effet, redoutant la mise en péril de l’activité, faute de salariés, confinés chez eux ou recourant massivement au droit de retrait. En Isère, les facteurs adhérents de SUD PTT ont dû instaurer un rapport de force par l’exercice de ce droit – quand bien même la direction le leur refuse au nom de la continuité du service public – pour obtenir une diminution des tournées et un nombre limité de personnes présentes en même temps pendant le tri.

Même le télétravail, pourtant préconisé par le gouvernement, effraie certains employeurs. Des agences de la banque LCL à Lyon ou du Crédit Mutuel à Strasbourg ont refusé des demandes de travail à distance soumises par des conseillers ou des informaticiens. La fédération CGT des banques et assurances a alerté jeudi 19 mars les ministres de l’Économie et de la Santé sur des pratiques « alarmantes » au regard de l’épidémie. « Dans des entreprises de nos secteurs, peut-on lire dans ce courrier, malgré des salariés malades, la direction n’a pas renvoyé les personnes contacts en quatorzaine. Sur les plateformes téléphoniques, les distances entre deux travailleurs ne sont souvent pas respectées. Les locaux ne sont pas désinfectés. »

Lire la suite sur le site www.sante-et-travail.fr

A lire dans le magazine

Travail et chaleur

De nombreux métiers obligent les salariés à évoluer dans des environnements marqués par des...

Réseaux Sociaux

Suivez-nous sur les réseaux sociaux pour des infos spéciales ou échanger avec les membres de la communauté.

Aidez-nous

Le site Souffrance et Travail est maintenu par l’association DCTH ainsi qu’une équipe bénévole. Vous pouvez nous aider à continuer notre travail.