Partager cet article :

Ils sont désormais plus de 10 millions de salariés à travailler au moins une fois par mois le soir, la nuit ou le week-end, selon les résultats de l’étude sur les horaires atypiques publiée le 28 juin par les services statistiques du ministère du Travail.

Les horaires de travail dits « atypiques » portent de plus en plus mal leur nom. En France, plus de quatre salariés sur dix, soit 10,4 millions de personnes, n’ont pas un planning standard de jour, du lundi au vendredi. Et 44 % des travailleurs sont, au cours d’un mois, soumis à au moins un horaire atypique, surtout le samedi, avec 35 % des salariés mobilisés. Tels sont quelques-uns des constats de l’étude « Le travail en horaires atypiques : quels salariés pour quelle organisation du temps de travail ? », publiée le 28 juin par la direction de l’Animation de la recherche, des Études et des Statistiques (Dares) du ministère du Travail. Cette étude s’appuie sur l’enquête Emploi de l’Insee, réalisée en 2017. Il ressort également des analyses statistiques que le dimanche n’est pas synonyme de repos hebdomadaire systématique pour 19 % des salariés et que 9 %, soit 2,2 millions de salariés, travaillent de nuit. A noter que pour les non-salariés, la proportion est encore pire : 76 % d’entre eux, ce qui représente 2,4 millions de personnes, sont soumis à au moins un horaire atypique un mois donné.

Les métiers les moins mixtes sont les plus touchés

Ces emplois du temps bousculés concernent légèrement plus les hommes (44,2 %) que les femmes (43 %). Notamment parce que les premiers travaillent plus souvent le soir et la nuit : 26 % des hommes exercent le soir et 13 % la nuit, contre respectivement 21 % et 6 % des femmes. Les métiers les moins mixtes subissent davantage les horaires atypiques. Sans surprise, on y trouve les militaires, les policiers, les pompiers, les agents de gardiennage, les conducteurs de véhicule, les cuisiniers, les bouchers, les charcutiers et les boulangers pour les hommes. A l’inverse, les infirmières, les sages-femmes, les aides-soignantes, les vendeuses, les caissières, les agents d’entretien, les aides à domicile et les aides ménagères sont des familles professionnelles dominées par une présence féminine et où prédominent les horaires atypiques. Une partie de ces populations est donc réquisitionnée pour, souligne l’étude, « assurer la continuité de la vie sociale, la permanence des services de soins, la protection et la sécurité des personnes et des biens », tandis que l’autre l’est par le commerce. Dans le secteur tertiaire, 5,2 millions de salariés sont concernés. Et le travail le samedi et le dimanche est particulièrement fréquent chez les moins de 30 ans.

Lire la suite sur le site du magazine www.sante-et-travail.fr
 

A lire dans le magazine

Travail et chaleur

De nombreux métiers obligent les salariés à évoluer dans des environnements marqués par des...

Réseaux Sociaux

Suivez-nous sur les réseaux sociaux pour des infos spéciales ou échanger avec les membres de la communauté.

Aidez-nous

Le site Souffrance et Travail est maintenu par l’association DCTH ainsi qu’une équipe bénévole. Vous pouvez nous aider à continuer notre travail.