Position du Conseil d’État dans la défense des victimes de burn-out et des médecins qui les accompagnent

Burn Out

Partager cet article :

Arrêt de première importance du Conseil d’État dans la défense des victimes de burn-out et des médecins qui les accompagnent !

5. En statuant ainsi, alors que la seule circonstance que Mme C… ait fait état de ce qu’elle avait constaté l’existence d’un syndrome d’épuisement professionnel sans disposer de l’analyse des conditions de travail du salarié émanant notamment du médecin du travail ne saurait caractériser l’établissement d’un certificat tendancieux ou de complaisance au sens des dispositions de l’article R. 4127-28 du code de la santé publique, la chambre disciplinaire nationale a inexactement qualifié les faits qui lui étaient soumis.

28 mai 2024 – Conseil d’État N° 469089 – ECLI:FR:CECHR:2024:469089.20240528

A lire dans le magazine

Réseaux Sociaux

Suivez-nous sur les réseaux sociaux pour des infos spéciales ou échanger avec les membres de la communauté.

Aidez-nous

Le site Souffrance et Travail est maintenu par l’association DCTH ainsi qu’une équipe bénévole. Vous pouvez nous aider à continuer notre travail.