Le casse-tête du burn-out

9 juin 2019 par

L’adoption, la semaine dernière [dernière semaine de Mai], d’une nouvelle classification internationale des maladies a relancé le débat sur le burn-out. L’Anses estime que la question de la reconnaissance de l’origine professionnelle des pathologies psychiques est « légitime ».

Ce n’est pas pour cette fois ! Le burn-out n’est toujours pas une maladie professionnelle. « En France, le débat est a priori clos depuis l’avis de la Haute Autorité de santé de mai 2017 considérant que le burn-out n’est pas une maladie », expose le Pr Gérard Lasfargues, directeur général délégué « sciences pour l’expertise » à l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses).
Le concept, qui trouve toujours un écho médiatique très fort, est revenu à la une la semaine dernière, quand l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a spécifié le caractère professionnel du burn-out à l’occasion de l’adoption de la nouvelle classification internationale des maladies, onzième du nom (CIM-11).

Pour autant, le burn-out ne passe toujours pas dans la catégorie des maladies mais relève des « problèmes associés à l’emploi ou au chômage ». La nouveauté, c’est que la définition évacue le « burn-out parental » et reprend les trois critères traditionnels de la psychologue américaine Christina Maslach – épuisement émotionnel, cynisme et déshumanisation, baisse de l’efficacité professionnelle –, comme l’explique dans un long thread sur Twitter Quentin Durand-Moreau, médecin du travail et membre du comité de rédaction de Santé & Travail.

« Ouvrir une nouvelle page »

« Le burn-out reste un concept un peu fourre-tout », estime le Pr Lasfargues, alors qu’il existe « des entités nosologiques beaucoup plus claires, comme la dépression, l’anxiété ou le stress post-traumatique, et avec la notion de souffrance au travail au sens large ». Le débat sur le fait que le burn-out soit ou non une maladie ne doit pas occulter, selon lui, « le lien entre le travail, certains modes de management et des pathologies psychiques bien identifiées, comme des dépressions sévères pouvant aboutir à des conséquences dramatiques, telles que les suicides ».
« Il faut ouvrir une nouvelle page, plaide ce responsable de l’Anses. Ce qui nous importe, c’est d’améliorer la prévention des pathologies psychiques liées au travail et de garantir l’indépendance des acteurs de la prévention lorsqu’ils font le lien entre l’activité et la santé mentale », allusion aux poursuites menées par l’Ordre des médecins à l’encontre de plusieurs professionnels.
Faut-il pour autant créer un nouveau tableau sur les pathologies psychiques liées au travail ? « La question est légitime », répond le directeur général, qui précise que la décision revient au ministère du Travail et aux partenaires sociaux dans le cadre du Conseil d’orientation des conditions de travail (Coct). L’Anses a en charge l’expertise scientifique lors de la création des tableaux, mais « n’a pas la main sur l’agenda des discussions », rappelle un observateur.

Lire la suite « Une sous-déclaration inquiétante », sur le site www.sante-et-travail.fr

 

Burn Out

Partagez cet article :

Les commentaires sont fermés.