Les professionnels de la qualité de vie au travail : une identité en construction

Burn Out, Stress Travail et Santé

Partager cet article :

Dans le cadre d’un mémoire de master consacré à la qualité de vie au travail (QVT), nous nous sommes intéressés à l’identité des professionnels qui portent aujourd’hui la QVT dans les entreprises. Qui sont-ils ? Comment se positionnent-ils ? Quelles sont les actions qu’ils mènent au quotidien et comment s’y prennent-ils pour les déployer ? C’est à ces différentes questions que nous avons tenté de répondre.

Qui sont les professionnels de la qualité de vie au travail ?
Notre étude cible en priorité les responsables des politiques de QVT dans les entreprises, la fonction publique et les associations. Mais nous avons aussi interrogé les personnes qui mènent des démarches liées à la QVT : animateurs de communautés de pratiques ou de communautés managériales, responsables de politiques sur les risques psychosociaux… Ce qui est intéressant, c’est que ces professionnels partagent une même vision sur les enjeux de la QVT : redonner la parole au terrain, partir du travail réel, revaloriser le collectif de travail… Pour aller vers plus de performances. Ils précisent que le sujet de la QVT apparaît à un moment où les politiques de RH sont remises en question : l’évaluation individuelle, l’application de dispositifs décidés par les directions générales se sont avérées contre-productives. En synthèse, si les organisations veulent évoluer et s’adapter, elles doivent tenir compte des aspirations de leurs collaborateurs.
Comment se positionnent-ils et quelles sont les actions déployées ?
Ce que nous avons découvert, c’est que ces professionnels se sont positionnés sur des projets QVT en deuxième partie de carrière. Après avoir acquis une expérience solide dans et en dehors de leur structure (beaucoup ont continué à se former au cours de leur vie professionnelle), ils ont eu envie de porter une démarche qui avait du sens pour eux. Nous avons donc rencontré des gens qui voulaient « s’épanouir » au travail et qui voulaient partager cette conviction que le travail est aussi source de plaisir. Beaucoup étaient passionnés par leur nouveau métier.
Nous avons aussi rencontré des acteurs « stratégiques » : pour imposer cette nouvelle façon de voir, il faut agir par étape, sous peine d’être perçu comme un utopiste. Beaucoup d’entre eux ont réussi à faire jouer leur réseau en interne pour mettre en place des démarches innovantes. Je pense par exemple à quelqu’un qui a implanté une communauté managériale dans un univers très bureaucratique, grâce à des « sponsors » haut placés qui lui ont témoigné leur confiance.
Nous avons dressé une typologie des professionnels de la QVT. La personne que je viens de citer fait partie des « développeurs » : ce sont eux qui initient les projets ou les politiques. Dans leur action, ils peuvent s’appuyer sur des « déployeurs » qui vont diffuser la politique en interne. On retrouve par exemple dans cette catégorie les personnes qui animent des « groupes pluridisciplinaires locaux », chargés de débattre du travail et de promouvoir la QVT. Il y a aussi les « chercheurs intervenants » internes. Souvent docteurs en sciences humaines (ergonomie, sociologie…), ils vont par exemple offrir un appui ponctuel à un service chargé de se réorganiser. Même si la profession n’est pas encore très structurée, il existe donc un panel d’acteurs qui peuvent aider les entreprises à développer des politiques sur le sujet de la QVT.

Lire la suite sur le site Miroir Social

A lire dans le magazine

Stress et Accident Cardiaque

  Une première reconnaissance par la Cour de Cassation de la faute inexcusable de l'employeur...

Le burn out des chirurgiens

Des journées de travail trop longues et des pressions professionnelles diverses augmentent le...

Réseaux Sociaux

Suivez-nous sur les réseaux sociaux pour des infos spéciales ou échanger avec les membres de la communauté.

Aidez-nous

Le site Souffrance et Travail est maintenu par l’association DCTH ainsi qu’une équipe bénévole. Vous pouvez nous aider à continuer notre travail.