Un salarié français sur dix en burn out « sévère »

Burn Out

41% des salariés français sont en situation de détresse psychologique, dont un tiers en burn out (13% en forme sévère). Du côté des professionnels RH, le bilan n’est guère meilleur : plus de la moitié se trouve en situation de détresse psychologique.

Ces chiffres, issus de la 9ème vague du Baromètre de la Santé psychologique des Salariés réalisé par OpinionWay pour le cabinet Empreinte Humaine*, révèlent une nette dégradation de l’état psychologique des actifs. Des données qui invitent les entreprises à revoir leur copie en termes de prévention, et les professionnels RH à veiller à leur propre santé. L’analyse de Christophe Nguyen, président d’Empreinte Humaine.

Quelles ont été les populations les plus concernées par les risques psychosociaux ?

Les catégories les plus exposées ont été les femmes, les managers et les jeunes. Autre population concernée, les professionnels des ressources humaines : 64% sont en détresse psychologique, 63% en burn out (dont un tiers en forme sévère) La fonction RH a été très exposée depuis le début de la crise sanitaire, car elle a été sur tous les fronts : risques juridiques (obligation de prévention, protocoles sanitaires…), perte de repères, confrontation à l’éclatement des collectifs et à la détresse psychologique de salariés, encadrement du télétravail, gestion des conflits… 

La crise sanitaire a-t-elle bouleversé le rapport au travail ?

Les chiffres de l’étude révèlent que la place du travail s’est modifiée, inaugurant un nouveau rapport avec l’entreprise. Si un tiers des salariés a su y trouver un avantage, en termes de transport notamment, un tiers a apprécié de façon modérée, le tiers restant le désapprouvant totalement. En cause : un télétravail imposé, non préparé, un excès de réunions, une expérience de travail monotone et, surtout, une perte de sens propice à la remise en question individuelle. Il ressort un très net sentiment de frustration pour de nombreux salariés, ces derniers considérant que leur équilibre a été mis à rude épreuve. Cela a généré un réel malaise, notamment chez les managers qui ont peiné à coordonner leurs équipes. La difficulté des entreprises à faire revenir les télétravailleurs tout comme le turn over, illustre la situation.

En 2022, que veulent les salariés ?

La fatigue pandémique n’a pas facilité le retour à la normale. Las des contraintes sanitaires souvent complexes dans certaines entreprises, le moral des Français est loin d’être au beau fixe. Seul un quart reconnaît que son entreprise a pris des mesures concrètes pour sa santé psychologique au travail. Chez les autres, l’absentéisme et les arrêts maladie ont augmenté. La santé mentale est un leitmotiv récurent. 

Concernant le télétravail, les avis divergent. Ceux qui l’ont apprécié veulent le poursuivre, d’autant que les managers ont vu que le système pouvait fonctionner. L’équilibre des vies est devenu une priorité pour ces salariés.

Vient ensuite la question du salaire : le Baromètre nous montre que la souffrance économique est réelle. Entre la perte de pouvoir d’achat, l’inflation, la crise économique menaçante, les salariés recherchent de meilleurs salaires.

Enfin, ils souhaitent entretenir de bonnes relations avec leurs collègues, un lien social qui a été mis à mal durant la crise sanitaire. Notre étude montre que, parmi les 41% de salariés en détresse psychologique, la moitié a tendance à se couper du monde 

La crise a également permis de comprendre que le serviciel ne fonctionnait plus. Les initiatives des organisations portant sur les « extras » comme les programmes de nutrition, le sommeil, les massages ou autres sont inadaptées et peu demandées. De nombreuses études scientifiques révèlent que ces actions ne sont pas efficaces pour la santé psychologique au travail, les salariés le savent également.

Aujourd’hui, les salariés ont besoin de reconnaissance, et pas seulement financière. Toute la stratégie de QVT est à repenser et à adapter en conséquence.

Lire la suite, « Comment doit évoluer le management ?« , et « Des exemples d’organisations qui s’en sortent mieux que d’autres ?« , sur le site www.focusrh.com

——————————
*La 9ème vague du Baromètre « Impact de la crise sanitaire sur la santé psychologique des salariés » OpinionWay pour Empreinte Humaine, a été réalisée en ligne du 27 janvier au 11 Février 2022 auprès d’un panel représentatif de 2001 salariés représentatif et constitué selon la méthode des quotas, au regard des critères de sexe, d’âge, de secteurs d’activités, de nature d’employeur et de taille d’entreprises. 

A lire dans le magazine

[RADIO PHÉNIX] Le burn-out

Le 14 février 2024, c’était la jour­née inter­na­tio­nale du burn-out au tra­vail. En France, ce...

Réseaux Sociaux

Suivez-nous sur les réseaux sociaux pour des infos spéciales ou échanger avec les membres de la communauté.

Aidez-nous

Le site Souffrance et Travail est maintenu par l’association DCTH ainsi qu’une équipe bénévole. Vous pouvez nous aider à continuer notre travail.