[VIDEO] Burn-out CHU de Toulouse

Burn Out

Partager cet article :

Pressions managériales, luttes de pouvoir, rivalités exacerbées, solidarités défaites, voila autant d’ingrédients qui poussent au burn-out et qui n’épargnent aucun milieu ni aucune fonction…

Le document s’ouvre sur une interview de Christophe Dejours ; on entre directement dans le vif du sujet. Extraits :

Comme les gens sont entrés dans le service public, [c’était] non seulement pour des valeurs de justice, d’équité entre les différentes personnes, mais également avec de très fortes motivations sur la qualité d’un travail à accomplir, d’un service à rendre… Aujourd’hui, quand vous essayez de travailler bien, y compris à l’hôpital, on dit aux médecins, aux infirmiers,  : « c’est de la sur-qualité. Vous faites de la sur-qualité. Le public, les malades n’ont pas besoin de ça ». Vous avez une direction d’hôpital, une direction du service public qui intervient directement dans la question du soin, alors qu’ils n’ont aucune compétence en matière de soins, aucune compétence pour juger de ce dont une famille a besoin, de ce dont les gens ont besoin en terme de psychiatrie, en terme d’accompagnement, en terme de travail social… On casse les pratiques professionnelles…

La suite : une enquête poignante sur Élisabeth, victime de harcèlement au CHU de Toulouse, et qui a osé se battre !
 

A lire dans le magazine

Plus de 3 millions de Français au bord du burn-out

Plus de 3 millions d’actifs ont un risque élevé de faire un burn-out. A l’occasion de cette étude, ce cabinet de prévention des risques professionnels lance un appel pour la reconnaissance par les autorités de ce syndrome d’épuisement professionnel.

Réseaux Sociaux

Suivez-nous sur les réseaux sociaux pour des infos spéciales ou échanger avec les membres de la communauté.

Aidez-nous

Le site Souffrance et Travail est maintenu par l’association DCTH ainsi qu’une équipe bénévole. Vous pouvez nous aider à continuer notre travail.