600 000 signatures pour des conditions de travail décentes

Stress Travail et Santé, Suicide Au Travail

Partager cet article :

Quatre infirmières publient le « manifeste des 600 000 » pour des conditions de travail décentes.

Ce manifeste a été écrit par 4 infirmières exerçant au quotidien auprès des malades partout en France. Elles sont également blogueuses et observent chaque jour le malaise et le mal être de beaucoup de leurs confrères et consœurs. Ce manifeste est pour eux mais aussi pour tous ceux qui fréquentent, vivent, encouragent, soutiennent chaque jour les infirmiers partout sur le territoire français.

« Si tout va bien, je serai bientôt diplômé »

Je suis Paul étudiant en soins infirmiers de troisième année. Si tout va bien, je serai bientôt diplômé. Dans ma famille, nous sommes nombreux à exercer ou à avoir exercé des professions liées aux soins. C’est un peu comme si chacun de nous était tombé dans une potion magique à la naissance. Mon arrière grand-père me parle souvent de la guerre, de sa guerre à lui pour sauver des vies lors du débarquement de Normandie. Ma grand-mère me raconte Mai 68 et les barricades sur lesquelles elles s’est battue pour les droits des femmes et des salaires décents. Ma mère me dit ô combien il était aisé de trouver un poste d’infirmière dans les années 90. Elle me parle de l’amour qu’elle avait pour son métier, des étudiants qu’elle prenait plaisir à encadrer, du temps qu’elle passait avec eux et de sa satisfaction à les voir évoluer.
Je suis Paul, étudiant en soins infirmiers de troisième année. Si tout va bien, je serai bientôt diplômé. Hélas, je suis conscient de mes lacunes et de la détermination dont il me faudra faire preuve pour les combler. Durant ces 36 mois de formation, J’ai été peu encadré lors de mes stages. Il n’y a personne à incriminer en particulier, seul le manque de temps ou de personnel peuvent être responsables de telles situations. Dans les services qui m’ont accueilli, J’ai souvent eu le sentiment confus de boucher des trous, de colmater des brèches, de plâtrer du mieux que je pouvais et ce, avec un professionnalisme plus qu’hasardeux.
Je suis Paul, étudiant en soins infirmiers de troisième année. Si tout va bien, je serai bientôt diplômé. Je suis impatient d’entrer dans la vie active mais j’avoue que l’avenir me fait peur. Ces dernières années, les nouveaux infirmiers fraîchement débarqués sur le marché du travail ont eu des difficultés à trouver un emploi. Certains même ont dû se reconvertir ou simplement accepter des postes dans d’autres secteurs d’activités. Depuis quelques temps, le chômage a fait son entrée dans la profession. Pourtant, de nombreuses voix s’élèvent pour dénoncer les manques d’effectifs dans les hôpitaux de ce pays. Les soignants ne cessent de crier leur ras-le-bol, leur fatigue, leur impuissance à soigner des patients de plus en plus nombreux. Ils parlent souvent de cette démotivation croissante dont ils sont victimes, qui égratigne chaque jour une peu plus l’amour qu’ils ont pour leurs métiers..
Je suis Paul, étudiant en soins infirmiers de troisième année et je dis NON à la précarité de l’emploi dans un pays où l’on parle de qualité et d’efficience.
Je suis Paul, étudiant en soins infirmiers de troisième année et je dis NON aux diminutions d’effectifs et à la médecine comptable.
Je suis Paul, étudiant en soins infirmiers de troisième année et je veux pouvoir exercer mon futur métier avec passion dans de bonnes conditions.
Je suis Anna, étudiante en soins infirmiers de troisième année et je veux être un professionnel de santé efficace et compétent.

« Je sais qu’à ce rythme, je ne tiendrai pas jusqu’à la retraite »

Je suis Juliette, infirmière dans une clinique de province. J’y travaille depuis un an, depuis que je suis dans la région. Je viens d’acheter une maison alors, un CDI, c’est toujours mieux lorsque l’on franchit les portes d’une banque. À la clinique, ils me l’ont proposé tout de suite le CDI parce que les infirmières qui veulent rester dans le coin, ça ne court pas les rues. Une petite ville de province dans le centre de la France, où le boulot se fait rare, ça n’attire pas les foules.
Je suis Juliette, infirmière dans une clinique de province. Une clinique rachetée par un fonds de pension parce que c’est comme cela qu’elle survit. Une clinique où soin rime avec rentabilité, où le patient est aussi un client
Je suis Juliette, infirmière dans une clinique de province. Je sais que je ne ferai pas ma carrière ici. Je reste pour le moment faute de mieux mais, bientôt, je partirai vers d’autres horizons, pas forcément plus glorieux mais mieux payés en tout cas.
Je suis Juliette, infirmière dans une clinique de province et je gagne 1500 euros en travaillant à temps plein avec deux week-ends par mois.
J’ai ma besace pleine d’heures sup’ mais peu sont payées et les récupérer, je n’y pense même pas.
Je suis Juliette, infirmière dans une clinique de province. Souvent, lorsque je suis en repos, le téléphone sonne parce qu’il n’y a personne pour  » tenir » le service et que je dois revenir bosser.
Je suis Juliette, infirmière dans une clinique de province. Le soir, j’ai mal aux jambes à cause de tous ces kilomètres parcourus dans la journée. Le soir, j’ai mal au dos à cause de tous ces corps meurtris que l’on doit manipuler. Le soir, j’ai mal au cœur à cause de toute cette souffrance côtoyée.
Je sais qu’à ce rythme, je ne tiendrai pas jusqu’à la retraite parce qu’à force, ce sera mon corps qui souffrira. Quant à ma tête, elle souffre déjà du manque de reconnaissance, des conditions de travail et du salaire qui ne suit pas. Alors que je ne suis qu’au tout début de ma carrière.
Je suis Juliette, infirmière dans une clinique de province et j’ai peur. Tous les jours, j’ai peur de me tromper, de commettre l’irréparable parce que soigner dans les conditions actuelles ressemble davantage à du travail à la chaîne. Parce qu’il faut remplir le plus de lits, faire sortir les gens de plus en plus vite pour en accueillir d’autres.
Je suis Juliette, infirmière dans une clinique de province et je suis inquiète pour mon avenir. Je suis inquiète parce que, de plus en plus souvent, j’en ai marre de ce métier que j’aime pourtant passionnément. Marre de voir mes collègues quitter le navire les uns après les autres parce qu’ils n’en peuvent plus, parce que travailler comme ça ce n’est plus envisageable.
Je suis Juliette, infirmière dans une clinique de province et je veux continuer à exercer mon métier. Je veux rester infirmière. Je ne veux pas faire autre chose mais je veux faire mon métier dans des conditions acceptables. Je veux pouvoir travailler dans la sérénité, non dans le stress et la rentabilité. Je veux que ma profession soit écoutée, entendue et soutenue;

Lire les autres textes sur le site www.infirmiers.com

A tous les membres du gouvernement :
Nous sommes aujourd’hui environ 600 000 infirmiers en souffrance,
600 000 infirmiers maltraités, 600 000 infirmiers qui n’attendent que votre soutien.

Aux patients, aux familles, à tous ceux qui, un jour ou l’autre, auront besoin d’un infirmier :
Nous avons plus que jamais besoin de vous pour préserver la qualité de nos soins.
Nous avons besoin de vos voix pour nous faire entendre.

A toi qui lis ce manifeste :
Nous avons besoin de ta signature pour enfin être entendus !

A lire dans le magazine

Stress et Accident Cardiaque

  Une première reconnaissance par la Cour de Cassation de la faute inexcusable de l'employeur...

Réseaux Sociaux

Suivez-nous sur les réseaux sociaux pour des infos spéciales ou échanger avec les membres de la communauté.

Aidez-nous

Le site Souffrance et Travail est maintenu par l’association DCTH ainsi qu’une équipe bénévole. Vous pouvez nous aider à continuer notre travail.