Chez France Télécom, "on me crucifiait tous les jours" (article de 2010)

Stress Travail et Santé, Suicide Au Travail

Partager cet article :

Dans un livre publié cette semaine, [octobre 2010] Vincent Talaouit, ingénieur, dénonce les méthodes de management du groupe, qui a voulu pousser à la porte 22 000 salariés entre 2004 et 2007.

Une descente aux enfers. C’est ainsi que Vincent Talaouit, 38 ans, a vécu ses six dernières années comme cadre chez France Télécom. S’il est loin d’être un cas isolé, il a bien failli y passer. Dans un livre édifiant, intitulé Ils ont failli me tuer (Flammarion), cet ingénieur témoigne des pressions psychologiques, au départ insidieuses, puis totalement assumées et démesurées, qu’il a subies de la part de sa hiérarchie.

Son histoire commence en 1996, lorsqu’il est embauché à la sortie d’une école d’ingénieurs par une filiale de France Télécom. Le brillant diplômé grimpe rapidement les échelons, est recruté en 2000 par France Télécom Mobile, avant de rejoindre deux ans plus tard le centre d’innovation du groupe. Les projets de recherche et développement qu’il se voit confier le passionnent. Il ne compte pas ses heures, au point de négliger sa vie privée – et de voir sa compagne le quitter.

CINQ CASES POUR TRENTE EMPLOYÉS

Tout bascule en 2004, avec l’arrivée d’un nouveau directeur technique au centre d’innovation, qui brise son ascension, ses espoirs, jusqu’à sa vie. « Le processus d’anéantissement s’est déroulé en trois étapes : déstabilisation, isolement et destruction », raconte Vincent Talaouit. La déstabilisation a duré deux ans. Chaque semaine, le directeur conviait son équipe à une réunion hebdomadaire pour présenter un nouvel organigramme d’un genre un peu particulier. « Dans le cadre d’une réorganisation des services, il nous montrait sur quels projets étaient affectés les membres de l’équipe mais sans indiquer leurs noms. Or, les organigrammes ne contenaient que cinq cases alors que nous étions trente dans le service. Nous nous demandions constamment qui allait sauter », précise l’ingénieur.

L’objectif poursuivi était clair : répondre aux engagements de l’ancien PDG, Didier Lombard, de pousser hors de l’entreprise 22 000 personnes entre 2004 et 2007, à défaut de pouvoir mettre en œuvre un plan social dans un groupe où 70 % des 100 000 salariés ont un statut de fonctionnaire. La technique fonctionne puisque vingt-cinq personnes finissent par quitter d’elles-mêmes l’équipe. Vincent Talaouit reste.

DE L’ISOLEMENT À LA DESTRUCTION

Débute alors l’isolement. En deux ans, l’ingénieur recevra pas moins de quarante lettres recommandées de la direction des ressources humaines lui indiquant qu’il n’avait plus d’emploi et devait en trouver un autre. « Je ne comprenais pas puisque je continuais à travailler avec mon équipe sur mes projets de recherche et développement et à toucher ma paye tous les mois, mon contrat de travail restant inchangé », poursuit-il. Il doit aussi participer à un stage de « reformatage du disque dur », selon l’intitulé choisi par sa hiérarchie, pour l’accompagner dans la mutation, et se voit convoqué à une vingtaine d’entretiens avec une DRH lui enjoignant de « cesser d’être dans le déni » et de « faire le deuil » de son poste.

La suppression de son poste finit par survenir. Du jour au lendemain, le directeur de Vincent Talaouit lui adresse un courrier lui ordonnant de cesser ses partenariats avec les laboratoires étrangers, pourtant au cœur de son activité. « Il ne m’a pas proposé un autre poste. Je l’ai questionné sur cette situation pour le moins absurde dans une quinzaine de lettres, en vain. Et je ne pouvais le contacter directement puisque nous le voyions seulement par visio-conférence, lors de réunions collectives. » Pendant de longs mois, le cadre traverse tous les jours l’open-space, sous le regard de ses collègues, pour s’installer à un bureau où il n’a plus de travail.

Enfin, 2007 est l’année de la destruction. L’entreprise organise un déménagement pour regrouper ses salariés sur son site d’Issy-les-Moulineaux, en banlieue parisienne. Les affaires de Vincent Talaouit sont transférées, comme celles de ses collègues. Mais lorsqu’il se présente à son nouveau bureau, on lui apprend qu’il « ne fait pas partie du personnel » : « Pendant quatre mois, je me suis tous les jours rendu à mon ancien bureau – que l’on me demandait de quitter pour cause de travaux –, à mon nouveau – d’où l’on me refoulait –, et au siège du groupe – pour plaider ma cause sans succès. » Vincent Talaouit prévient alors l’inspection du travail, qui se joint à sa cause et porte plainte contre France Télécom.


Lire la suite sur le site du Monde

A lire dans le magazine

Travail et chaleur

De nombreux métiers obligent les salariés à évoluer dans des environnements marqués par des...

Réseaux Sociaux

Suivez-nous sur les réseaux sociaux pour des infos spéciales ou échanger avec les membres de la communauté.

Aidez-nous

Le site Souffrance et Travail est maintenu par l’association DCTH ainsi qu’une équipe bénévole. Vous pouvez nous aider à continuer notre travail.