Souffrance au travail : «Les entreprises se contentent souvent de faire diversion»

Stress Travail et Santé

Dix ans après la crise de France Télécom, la clinicienne Catherine Mieg alerte sur la dégradation des conditions de travail et le risque d’intensification des cas de burn-out.

Clinicienne du travail et consultante en management, Catherine Mieg reçoit en consultation des salariés en souffrance et accompagne des cadres dans leur management. Dans J’ai mal au travail. Parcours en quête de sens, publié début mai aux éditions François Bourin, la psychanalyste décrit «ce que le travail fait au sujet humain et pourquoi, parfois, il peut en tomber malade». La faute, explique-t-elle, à une «idéologie managériale», aujourd’hui dominante dans les entreprises, qui valorise la rentabilité au détriment de l’humain.

La crise sociale à France Télécom, il y a dix ans, a marqué les esprits. Au point de changer la manière dont les entreprises appréhendent la souffrance au travail ?

Cette crise sociale chez l’opérateur, un fleuron de l’industrie française, a été très médiatisée. Cela a eu un réel effet à l’échelle nationale, car cela a mis en visibilité les dégâts produits par l’idéologie néolibérale managériale qui a court depuis les années 80.

Concrètement, dans les entreprises, comme s’est traduite cette prise de conscience ?

Dès lors que l’on s’est autorisé à nommer les difficultés rencontrées par les salariés, le sujet n’a plus eu le même statut. Le déni n’était plus possible pour les dirigeants. Cela a aussi autorisé les salariés et leurs représentants à pointer les choses. Pour autant, l’analyse de ce qu’est la souffrance au travail n’est toujours pas partagée par tout le monde aujourd’hui. Il n’y a donc pas eu de grands changements, car l’idéologie dominante est bien ancrée.

Quelles sont les facettes de cette idéologie managériale ?

Elle repose sur un prêt-à-penser managérial qui rend difficile tout pas de côté. Ce dernier donne la priorité à la logique rationnelle, celle de la rentabilité, tout en oubliant le travail réel, c’est-à-dire ce qui se passe vraiment pour le salarié à son poste de travail. Il faut produire le plus possible pour le moins cher possible. Et la qualité devient le parent pauvre. C’est une politique qui produit de la souffrance. Or, quand les personnes sont empêchées de bien faire leur travail, elles s’effondrent.
Son second pendant est le capitalisme financier qui ne laisse pas de place au développement des gens et des compétences parce qu’il faut un retour sur investissement dans le très court terme. Surtout, elle est mise en œuvre par des managers qui ne sont pas issus du métier, qui ont appris le management par des tableaux Excel. Ils ont un déficit de connaissances en sciences du travail et ne savent pas de quoi ont besoin les salariés. Il y a quelques décennies, c’était l’inverse. Les managers venaient du terrain. Autrefois les hôpitaux étaient dirigés par des médecins, aujourd’hui ce sont des énarques qui sont à la tête des établissements. Ce n’est pas du tout le même rapport aux soins, aux métiers.
Dernier point : cette idéologie privilégie l’évaluation individualisée de la performance. C’est un gros problème, un contresens, car on ne peut réussir son travail seul. Il faut de la coopération. Cela revient à casser le collectif de travail.

Le management est pointé du doigt. Mais les managers ne sont-ils pas eux-mêmes victimes de cette idéologie ?

Le manager est pris entre le marteau et l’enclume. Certains sont démunis, car ils ne comprennent tout simplement pas les mécanismes de souffrance au travail. Ils n’ont pas les clés de compréhension de ce qui produit un burn-out. La question de la formation est donc centrale. Aujourd’hui, dans les grandes écoles comme l’ENA, HEC ou les grandes écoles de commerce, les questions du travail et du pouvoir en milieu professionnel sont des impensés.

Lire la suite sur le site du journal Libération

A lire dans le magazine

Le travail en miettes

Le live proposé par Mediapart ce soir, "Travail en miettes, chômage de masse" m'a inspiré quelques...

Réseaux Sociaux

Suivez-nous sur les réseaux sociaux pour des infos spéciales ou échanger avec les membres de la communauté.

Aidez-nous

Le site Souffrance et Travail est maintenu par l’association DCTH ainsi qu’une équipe bénévole. Vous pouvez nous aider à continuer notre travail.