Le burn-out doit-il être inscrit dans un tableau de maladies professionnelles ?

Magazine

Partager cet article :

L’inscription du burn-out dans un tableau de maladies professionnelles est un sujet d’actualité, régulièrement débattu. A priori, elle constituerait une avancée dans le droit des victimes en permettant une reconnaissance automatique au titre de la législation professionnelle dès lors que les conditions énumérées dans le tableau seraient satisfaites. La reconnaissance judiciaire à titre individuel s’en trouverait facilitée.

Cette affirmation doit être nuancée. La structure des tableaux de maladies professionnelles n’est pas adaptée aux pathologies psychiques. Surtout, une reconnaissance automatique par un mécanisme de tableau risquerait de porter atteinte à l’objectif général de prévention des risques professionnels.
Le burn-out doit-il être inscrit dans un tableau de maladies professionnelles ?
La Semaine Juridique Social n° 5, 9 Février 2016, 1042.
Étude par Marlie Michalletz, docteur en droit, avocat, chargée d’enseignement à l’université Panthéon-Assas (Paris II) Santé et sécurité au travail
 

Burn out : vidéos de Souffrance et travail sur le syndrome d'épuisement professionnel

A lire dans le magazine

Une civilisation en crise

L'actualité de ces derniers mois a été très riche : outre les "révolutions arabes", il y eut...

Réseaux Sociaux

Suivez-nous sur les réseaux sociaux pour des infos spéciales ou échanger avec les membres de la communauté.

Aidez-nous

Le site Souffrance et Travail est maintenu par l’association DCTH ainsi qu’une équipe bénévole. Vous pouvez nous aider à continuer notre travail.