Les Éditions sociales et La Dispute ont besoin de vous !

Livres

Les Éditions sociales et La Dispute traversent des mois décisifs et nous avons besoin de vous.

Chères et chers auteur-es, ami-es, camarades,

Depuis des années, la présence des théories et des savoirs, des essais politiques et des enquêtes est rendue de plus en plus difficile dans les librairies et les médias. Les idées réactionnaires progressent dans l’édition, le marché du livre devient toujours plus brutalement capitaliste.

Nos livres sont utiles à celles et ceux qui travaillent et se battent pour la justice et toutes les égalités

Avec Les Éditions sociales et La Dispute, nous faisons partie de celles et ceux qui nous opposons à ces logiques. Nous le faisons à notre échelle, celle de deux petits éditeurs indépendants, avec deux catalogues – et des collections qui leur sont liées : « Le genre du monde », « Travail et Salariat », « L’enjeu scolaire », « Entretiens » pour La Dispute, la « GEME », « Découvrir », « Les éclairées », « Les essentielles »,  « Les irrégulières » et « Histoire » pour Les Éditions sociales –, deux bureaux éditoriaux distincts mais une équipe commune d’éditrices et de gestion, au service d’une même ambition éditoriale.

Nos moyens économiques sont sans commune mesure avec ceux des multinationales et des grands groupes de l’édition, mais nous avons le cœur à l’ouvrage car nous sommes convaincu-es que nos livres sont utiles à celles et ceux qui travaillent et se battent pour la justice et toutes les égalités. Cet engagement est un combat quotidien, que nous menons avec vous.

Ces dernières années ont été bien remplies. Nous avons renouvelé, agrandi et rajeuni nos équipes, embauché trois jeunes éditrices, augmenté notre rythme de publications, changé notre image et nos maquettes de couverture, lancé de nouvelles collections, repensé notre présence sur les réseaux sociaux, lancé de nouveaux sites internet, mais également changé de diffuseur, stoppé notre diffusion sur Amazon, porté l’effort sur notre capacité à organiser des initiatives en librairie et auprès des mondes militants et associatifs, etc. Ces choix sont payants mais notre équilibre économique n’est pas encore établi.

Aujourd’hui, des défauts de trésorerie menacent la pérennité de nos maisons alors nous lançons une grande campagne de dons sur Ulule pour La Dispute et Les Éditions sociales.

Nous sommes donc dans un moment crucial pour nos maisons. Pour contribuer à cette double exigence (garantir notre trésorerie à court terme, consolider notre modèle économique à long terme), nous lançons une grande campagne de dons sur Ulule pour La Dispute et Les Éditions sociales.

C’est la première fois que nous allons faire appel au soutien financier de nos lecteur-ices et ami-es.

Plusieurs paliers vont être annoncés. Nous avons un besoin urgent de 50 000 € (les besoins de trésorerie + 8% de commission Ulule et les frais engagés pour la campagne) mais ce n’est pas suffisant si nous voulons consolider notre modèle (notamment confirmer l’embauche de notre dernière éditrice, financer le déménagement contraint de notre local, palier à 65 000 €) et surtout poursuivre notre développement éditorial (paliers à 80 000 € et à 100 000 €). L’enjeu est donc de dépasser largement les 50 000 € de dons pour pouvoir se projeter à long terme.

Le lancement public de la campagne se fera le lundi 27 mai.

Le lancement public de la campagne se fera le lundi 27 mai. Elle durera entre 4 et 5 semaines. De la somme récoltée dépend notre capacité à court terme à faire face aux défis qui sont les nôtres, et à moyen terme à réaliser nos objectifs de développement. Les prochaines semaines sont donc cruciales, et nous avons besoin de vous.

Voici quelques pistes et suggestions pour nous aider dans cette bataille :

– Tenez-vous prêt-es, rendez-vous disponibles

Dans une campagne de dons, la question du rythme est primordiale. Il faut commencer très fort pour créer une dynamique et encourager les gens à donner. Pour cela, nous allons ouvrir la cagnotte Ulule 24h avant le lancement public et nous vous invitons à prendre le temps pour participer à la campagne dans ce laps de temps si possible, soit le dimanche 26 mai. La réussite de la campagne dépendra également de notre capacité à engranger des dons sans discontinuer pendant plusieurs semaines, et donc à rythmer la campagne, en relançant la dynamique à l’occasion de « moments forts » pour éviter les creux, etc. Nous serons donc surement amenés à vous solliciter à plusieurs reprises durant les prochaines semaines. Merci d’avance de votre patience et de votre disponibilité !

– Donnez ce que vous pouvez et faites participer tous vos proches et contacts

Pour réussir notre campagne, nous avons à la fois besoin d’aller chercher un maximum de donateur-ices et de tirer le montant du don moyen vers le haut. Pour cela, nous avons besoin de vous pour aller chercher un maximum de dons. Comme on avait l’habitude de dire dans nos assemblées générales à la fac : si chacun-e de vous convainc 5 personnes… nous serons des milliers !

Ne sous-estimez pas l’impact que vous pouvez avoir à titre personnel sur la campagne en relayant autour de vous l’information, en convaincant (souvent individuellement) telle et telle personne de donner, même si la somme est modeste.

Pour encourager les donateur-ices à tirer vers le haut leur participation (quand iels le peuvent), nous avons réfléchi à des formules qui comprennent des contreparties (goodies, livres, etc.) que vous découvrirez sur la plateforme Ulule.

On vous remercie d’avance pour ce travail de relai et de conviction autour de vous.

–  Relayez nos infos, affichez publiquement votre soutien

Nous allons produire du matériel (textes, posts sur les réseaux sociaux, vidéos, etc.) durant la campagne. Relayer autant que faire se peut ces publications sur vos réseaux sociaux, dans vos listes mails amicales, militantes, syndicales, associatives, universitaires, de labo, etc., va être déterminant pour faire circuler au maximum le lien de la campagne. Plus vos partages seront « personnalisés » (en ajoutant vous-même un mot, un argument, une anecdote…) plus ils seront efficaces.

Nous vous enverrons rapidement du matériel (visuels pour les réseaux sociaux, affichette pour les facs ou doc pour les liste mails, etc.) qui pourra être utilisé.

– Mobilisez vos relais, mettez-nous en contact : toutes vos initiatives sont bienvenues

La campagne n’est pas seulement l’occasion de récolter les fonds, mais aussi de faire connaître nos publications et la singularité de nos maisons. De notre capacité à convaincre sur le fond que ces deux maisons méritent de vivre et de se déployer, dans un champ éditorial de plus en plus marqué par l’influence des forces réactionnaires, dépend la réussite de notre campagne. Pour cela, toutes les initiatives sont bienvenues.

Vous êtes nombreux-ses à disposer de relais dans la presse alternative, critique, radicale : n’hésitez pas à nous mettre en lien et à alerter tous les relais potentiels pour que notre bataille soit visible et nos idées entendues.

* * *

Les prochaines semaines vont être chargées mais nous sommes disponibles pour répondre à vos questions. Nous ferons le maximum pour vous tenir informé-es des avancées de la situation tout en tâchant de ne pas (trop) vous inonder de mails.

Soyez assuré-es que l’ensemble des équipes des deux maisons, les éditrices, les bureaux éditoriaux, les directeur-ices de collection et le comité de gestion sont sur le pont, déterminés à réussir la campagne et à mener à bien nos objectifs.

Soyez aussi rassuré-es que notre programmation éditoriale continue comme prévu. Nous sommes d’ailleurs, comme toujours, ouvert-es à vos propositions de manuscrits et vos projets.

Amicalement,

Marina Simonin, pour le comité de gestion des Éditions sociales et La Dispute (Noémie Brun, Alexis Cukier, Richard Lagache, Clara Laspalas, Martine Ibarra, Bérénice Regnault)

A lire dans le magazine

[LIVRE] La visio m’a tuer

La visio aurait pu n’être qu’une mode liée aux confinements, mais elle s’est imposée. Les réunions...

Réseaux Sociaux

Suivez-nous sur les réseaux sociaux pour des infos spéciales ou échanger avec les membres de la communauté.

Aidez-nous

Le site Souffrance et Travail est maintenu par l’association DCTH ainsi qu’une équipe bénévole. Vous pouvez nous aider à continuer notre travail.