Prendre en charge le burn-out

Burn Out

Partager cet article :

Dossier du magazine Santé mentale n° 190 de Septembre 2014 réalisé par Ariane BILHERAN, Normalienne, psychologue clinicienne, consultante et présidente de la société de conseil Sémiode.

Victime de conditions de travail dégradées et violentes, Mathilde, la cinquantaine, souffre de burn-out. Une consultation spécialisée «Souffrance et travail» lui permet d’analyser les processus à l’oeuvre dans l’organisation pathogène de l’entreprise mais également dans son histoire personnelle.

La consultation spécialisée Souffrance et travail propose une aide concrète (travail en réseau et prise en charge pluridisciplinaire) et psychique à des personnes en souffrance sur leur lieu de travail. La psychopathologie du travail permet d’élargir le point de vue de la psychopathologie traditionnelle, en introduisant une réflexion sur les organisations du travail pathogènes et les impacts psychiques et somatiques sur les individus, sans pour autant écarter une analyse des collusions entre l’histoire personnelle et le vécu dans l’entreprise. Illustration avec le cas de Mathilde, en burn-out lié à un rachat de l’entreprise et masquant une dépression plus profonde et étant l’occasion pour la personne de mettre en lumière des répétitions inconscientes tout au long de son histoire.

Santé mentale : le burn-out

Santé mentale : le burn-out

Accéder au site Santé mentale, le mensuel des équipes soignantes en psychiatrie

Burn out : vidéos de Souffrance et travail sur le syndrome d'épuisement professionnel

A lire dans le magazine

Plus de 3 millions de Français au bord du burn-out

Plus de 3 millions d’actifs ont un risque élevé de faire un burn-out. A l’occasion de cette étude, ce cabinet de prévention des risques professionnels lance un appel pour la reconnaissance par les autorités de ce syndrome d’épuisement professionnel.

Réseaux Sociaux

Suivez-nous sur les réseaux sociaux pour des infos spéciales ou échanger avec les membres de la communauté.

Aidez-nous

Le site Souffrance et Travail est maintenu par l’association DCTH ainsi qu’une équipe bénévole. Vous pouvez nous aider à continuer notre travail.