Le burn-out est-il un péché?

Chroniques

Acédie et burn-out
… L’acédie était un péché capital au moyen-âge pour l’église catholique. Elle a depuis été déclassée. L’église lui a substitué la paresse alors que l’acédie traitait d’un problème tout à fait différent. Il s’agissait d’un péché capital, comme je l’ai dit, c’est-à-dire non d’un péché plus important ou plus grave qu’un autre mais d’un péché en rapport avec la tête (caput en latin, comme dans la peine capitale). Selon Wikipédia, l’acédie se manifeste dans un premier temps par une excitation, une hyperactivité, une exaltation trahie par de la logorrhée (parole surabondante), de l’euphorie et de fortes émotions. Cet état euphorique est de loin en loin interrompu par des accès d’agressivité et des comportements amoraux (les pères de l’église parlaient d’éréthisme).
Cette phase ressemble à s’y méprendre aux impératifs de productivité, à ce qui est demandé aux employés : frénésie productive, enthousiasme pour la boîte-mère, conduites compensatoires du week-end, violation des tabous, consommation de stupéfiant (alcool, coke …). Ces conduites se manifestent dans toutes les strates de la société, notamment chez les cadres, et sont liées à un management impitoyable.
Mais revenons à nos pères de l’église. Les études se sont alors succédé au moyen âge et les auteurs parlent de ‘« cœur dévié, vain et vagabond » d’ « esprit instable, errant et fugitif, se tournant de tous côtés, flottant de tous côtés », voulant et ne voulant plus, changeant d’avis, alternant ses désirs, « comme une feuille soulevée par le vent tourbillonnant ». Alors, les « paroles importunes, frivoles et nuisibles, l’instabilité du mouvement de l’esprit et des actions du corps, l’inquiétude également, s’accumulent comme une armée en rangs serrés’. Wikipédia, toujours.
Sans prétendre à l’archéologie médicale, nous avons une hyper-sensibilité, une hyper-sollicitation, une hyper-mobilisation et des mouvements frénétiques. Dans un second temps, les pères de l’église décrivent un état de prostration, une incapacité à poursuivre l’hyperactivité. C’est cet état qu’ils nommaient l’acédie et que Wikipédia résume de la sorte :
… ‘l’état acédieux comporte un ensemble de symptômes qui constituent la sémiologie dépressive classique : perturbations affectives, cognitives, conatives, mais aussi troubles somatiques.
On notera, par exemple, que, à l’instar du dépressif l’état acédieux se caractérise par une incapacité à prendre du plaisir, une fatigue chronique, un isolement social, une tristesse, une incapacité à la concentration, aux raisonnements intellectuels suivis et même un amoindrissement des capacités langagières.
Pour ceux qui connaissent le burn out de manière clinique ou personnelle, la comparaison s’impose, entre les descriptions d’Evagre, Cassiens, Bernard de Clervaux ou Adhelme et leur propre expérience. D’abord une mobilisation extrême puis, suite à la sollicitation excessive de l’esprit, un effondrement dans le désintérêt (l’anhédonie, c’est le fait de ne prendre de plaisir à rien – rappelons que nous parlons d’un état mental que l’église considérait comme un péché), la confusion et la fatigue.
Ce qui est intéressant dans cette histoire, c’est que l’interdit, le péché du moyen-âge est devenu un impératif économique, une obligation de société – et je gage que d’autres textes d’autres religions abondent dans le même sens. Pour autant, le côté criminel de ces comportements demeure et son lien aux modalités d’exploitation de la main d’œuvre dans l’emploi est patent. Ce modèle, le cadre sans pitié, sans sommeil, investi dans son travail à 200 %, prêt à tour pour gagner (pas quoi, combien!) est devenu le parangon de la réussite sociale, alors qu’il atteste une pulsion d’auto-destruction mortelle, c’est-à-dire, selon les pères de l’église, un péché.
Un péché contre la vie, contre le monde, contre soi-même, contre le respect que l’on doit à soi-même. Mais ce péché n’est pas commis par ceux qui y sont contraints, qui sont manipulés pour le commettre, il est commis par ce qui les contraint, ce qui les manipule : c’est la contrainte de l’emploi qui est un péché, pas la victime du burn out. Cependant, c’est cette victime qui se retrouve muette au purgatoire pour de longues années chez Dante.
Article trouvé par notre contributeur Emmanuel Grenier sur le Facebook de Plateforme Contre l’Emploi.

A lire dans le magazine

Tous au «Communication Meeting»!

Une nouvelle Chronique des Managers de notre contributeur Don Nicola, sur le baratin fourni aux employés pendant des meetings de communication interne.

Les Robots d'Alexandra

Après les chroniques de Bettina, voici les Chroniques des Managers, écrites par Don Nicola, qui...

Réseaux Sociaux

Suivez-nous sur les réseaux sociaux pour des infos spéciales ou échanger avec les membres de la communauté.

Aidez-nous

Le site Souffrance et Travail est maintenu par l’association DCTH ainsi qu’une équipe bénévole. Vous pouvez nous aider à continuer notre travail.