Boris Cyrulnik : comment combattre nos servitudes volontaires ?

Stress Travail et Santé

Émission La Grande Table idées, France Culture, 33 minutes

Boris Cyrulnik est neuropsychiatre, auteur d’ouvrages à succès, dont Sauve-toi, la vie t’appelle (Odile Jacob, 2012), La nuit, j’écrirai des soleils (Odile Jacob, 2019) et Des âmes et des saisons : psycho-écologie (Odile Jacob, 2021)… Il a popularisé le concept de « résilience », soit la capacité à renaître d’un traumatisme.

Il publie Le Laboureur et les Mangeurs de vent. Liberté intérieure et confortable servitude (Odile Jacob, 16 mars 2022). Un ouvrage qui fait la distinction entre les « laboureurs », qui acceptent le doute, la recherche, qui ont un vrai rapport au réel, et les  » mangeurs de vent « , qui se soumettent aux discours des chefs autoritaires, acceptent l’emprise tranquillisante et se mêlent au groupe. Au rang des laboureurs qui cultivent la « liberté intérieure », on trouve ainsi Hannah Arendt, théoricienne de « la banalité du mal ». Parmi les « mangeurs de vent », Adolf Eichmann ou Josef Mengele.

Une distinction qui entre fortement en écho avec la guerre en Ukraine et les discours de Vladimir Poutine, dont Boris Cyrulnik refuse de ranger les actes sous l’étiquette de la folie. On avait aussi justifié les actes d’Hitler par la syphilis, rappelle-t-il.

Surtout, la guerre en Ukraine déterre des souvenirs enfouis de son enfance . L’imminence de la catastrophe, la mort le ramènent à cet épisode où, juif sous Vichy, il avait été enfermé avec d’autres dans une synagogue de Bordeaux et condamné à mourir. Sa fuite rocambolesque lui avait permis de s’en sortir. L’impossibilité ensuite de raconter son histoire à des adultes lui intimant le silence avait rendu difficile le processus de reconstruction.

À lire aussi : « Discours de la servitude volontaire » de La Boétie, l’un des premiers réquisitoires contre le pouvoir absolu

Ce traumatisme a façonné son rapport au monde. En effet, Boris Cyrulnik explique que la période préverbale de l’enfance est le moment où s’élabore une vision du monde. Il y a des enfants qui apprennent à voir un « monde sucré, d’autres un monde rose, d’autres un monde amère« . Pour lui ça a été « un monde clivé, coupé en deux » entre ceux qu’il appelle les « mangeurs de vent qui gobent n’importe quel récit, quitte à tuer des gens » et les laboureurs, qu’il définit comme des « justes, qui échappent à la pression du contexte et cherchent à rester eux-mêmes dans un torrent de stéréotypes.« 

Mais penser par soi-même, s’opposer à la « doxa« , refuser le « coude à coude délicieux » comporte un risque, celui de perdre ses amis. C’est la condition des laboureurs qui détiennent un  » savoir enraciné « , de terrain, contrairement aux mangeurs de vent qui ont un  » savoir déraciné « , coupé du réel et du sensible.


Et, pour aller plus loin…

Souffrance & Travail et l’association Thucydide / Cafés Théma organisent le 10 novembre 2023 un Café Santé Travail sur le thème de La fabrique de nos servitudes au travail, avec Roland Gori et Vincent de Gaulejac.

Café Santé Travail : La fabrique de nos servitudes au travail - Servitudes volontaires ?


Le saviez-vous ? Vous pouvez soutenir l’association Souffrance & Travail fondée par Marie Pezé !

L’équipe Souffrance et Travail est entièrement bénévole: les membres de l’association qui a créé le site, les contributeurs, la rédac chef, et le webmaster. Tous les frais sont à notre charge, même l’hébergement du site, qui est désormais conséquent car nous recevons plus de 30 000 visiteurs par mois.

DCTH, Diffusion des Connaissances sur le Travail Humain, est une association Loi 1901 d’intérêt général. Vous pouvez donc soutenir notre action en envoyant un don, déductible à 66 % de vos impôts (article 200 CGI). Un reçu fiscal vous sera délivré.

MERCI !!!

Conférence de Marie Pezé

A lire dans le magazine

Sortir du travail pressé

Multiplication des urgences, pression des délais, objectifs à tenir… Se dépêcher pour accomplir...

Réseaux Sociaux

Suivez-nous sur les réseaux sociaux pour des infos spéciales ou échanger avec les membres de la communauté.

Aidez-nous

Le site Souffrance et Travail est maintenu par l’association DCTH ainsi qu’une équipe bénévole. Vous pouvez nous aider à continuer notre travail.