Les Français, grands insatisfaits de la qualité de vie au bureau

Stress Travail et Santé

Les différences culturelles en matière d’agencement de l’espace de travail affectent la satisfaction des Européens dans leur environnement professionnel. Les Français sont les plus râleurs.

C’est aux Pays-Bas qu’il fait bon vivre au sein de l’entreprise si l’on en croit l’étude de l’observatoire Actineo sur l’espace de travail en Europe. Celle-ci compare les résultats de son enquête dans six pays européens (France, Allemagne, Espagne, Pays-Bas, Royaume-Uni et Suède) sur le bien-être en entreprise. « Cette étude permet de prendre du recul et de mettre les choses en perspective par rapport à la perception d’autres employés européens », explique Joseph Coviaux, directeur de clientèle pour l’institut CSA qui a réalisé l’étude.
Ce sont ainsi les Pays-Bas qui remportent la palme de « l’Eldorado européen » pour le niveau de satisfaction vis-à-vis de son environnement de travail. En effet, 91 % des salariés interrogés estiment être satisfaits de leur environnement de travail. A l’inverse, les Français sont les plus mécontents avec seulement 78 % de satisfaction. Cette différence de satisfaction est notamment due à l’espace de travail. Plus le bureau du salarié français est ouvert, plus celui-ci est satisfait.
« Il faut prendre en compte l’ancienneté du modèle de bureau ouvert. […] Ce qui crée le mécontentement, c’est le passage d’un espace clôt à un espace ouvert parce que ça déstabilise les façons de travailler ensemble » explique Alain d’Iribarne, qui a participé à la conception de cette étude. Ainsi au Royaume-Uni, l’aire de l’open space est arrivée depuis longtemps. On y retrouve ainsi 88 % de salariés satisfaits de leur environnement de travail.
La France et l’Allemagne font de la résistance face à l’open space
En Europe, les trois quarts de la population active travaillent dans un bureau au sein de l’entreprise. « La majeure partie des employés continuent de travailler en entreprise qui reste le cadre principal de la vie en entreprise », selon Joseph Coviaux. Ainsi entre 70 % et 77 % des Français, Espagnols, Allemands et Néerlandais y travaillent tous les jours, selon l’étude. A l’inverse, c’est en Suède que ce nombre est le moins élevé avec seulement 54 % des Suédois. Cependant, on y voit se développer le télétravail pour 8 % des salariés.
Le bureau partagé avec plus de quatre employés est de plus en plus à la mode en Europe. Au Royaume-Uni 73 % des salariés travaillent en bureaux collectifs alors qu’en France et en Allemagne se chiffre n’atteint que 55 %. C’est d’ailleurs dans ces deux pays que le bureau individuel reste encore bien présent dans les pratiques avec respectivement 33 % et 36 % de salariés qui travaillent seul. Les Néerlandais, à l’opposé ne sont que 16 %.
Seuls les travailleurs suédois sont moins de la moitié à travailler en bureau partagé. Cependant, ils se laissent tenter par la pratique du « desk-sharing ». De nombreux employés ne possèdent pas de bureau fixe et doivent en changer tous les jours. En Suède, le nombre de ces travailleurs atteint 21 %. Les Néerlandais suivent également cette tendance puisqu’ils sont 17 % à partager leur bureau. En France, cette pratique tend à progresser même si elle ne concernait que 11 % des salariés en 2013.

< a title= »Les Français, grands insatisfaits de la qualité de vie au bureau » href= »http://www.euractiv.fr/sections/sante-modes-de-vie/les-francais-grands-insatisfaits-de-la-qualite-de-vie-au-bureau-309769?utm_source=EurActiv+Newsletter&utm_campaign=6d00dab230-newsletter_derni%C3%A8res_infos&utm_medium=email&utm_term=0_da6c5d4235-6d00dab230-55422473″ target= »_blank »>Lire la suite sur EurActiv.fr</a>
 

A lire dans le magazine

Sortir du travail pressé

Multiplication des urgences, pression des délais, objectifs à tenir… Se dépêcher pour accomplir...

Réseaux Sociaux

Suivez-nous sur les réseaux sociaux pour des infos spéciales ou échanger avec les membres de la communauté.

Aidez-nous

Le site Souffrance et Travail est maintenu par l’association DCTH ainsi qu’une équipe bénévole. Vous pouvez nous aider à continuer notre travail.