Nécessité d’une réponse forte de l’UE pour lutter contre les risques psychosociaux

Stress Travail et Santé

Un article de la confédération européenne des syndicats (ETUI) sur les enjeux européens en matière de RPS et les demandes relatives à la construction d’une directive européenne dédiée aux risques psychosociaux.

Les 7 et 8 décembre 2022, l’Institut syndical européen a organisé la 8e édition de la réunion du « Réseau sur les risques psychosociaux ». La réunion s’est concentrée sur les nouveaux résultats de la recherche afin de contribuer à l’élaboration d’une réponse collective à ce problème urgent à travers l’UE. Les études montrent que les risques sont communs à tous les secteurs, mais aussi que trois groupes de travailleurs sont dans la situation la plus vulnérable – les jeunes, les femmes et les moins éduqués – et que les problèmes de santé mentale ont été exacerbés par la pandémie de Covid-19 et ses lourdes conséquences sur l’emploi et les conditions de travail.

Trop souvent considérés comme un problème individuel plutôt que collectif, les risques psychosociaux (RPS) au travail ont les mêmes sources et mécanismes dans tous les secteurs car ils sont fortement liés aux conditions de travail et d’emploi. Selon Hélène Sultan-Taïeb, professeur titulaire au département d’organisation et de ressources humaines de l’école de management de l’Université du Québec à Montréal (UQAM, Canada), cinq facteurs de RPS – le job strain, le déséquilibre dû à un effort élevé et une faible récompense, l’insécurité de l’emploi, les longues heures de travail et l’intimidation et/ou le harcèlement sur les lieux de travail – peuvent entraîner des problèmes de santé mentale, tels que la dépression et l’anxiété. Ils ont souvent aussi des conséquences physiques : une étude récente a révélé que les maladies coronariennes peuvent être attribuées à des expositions psychosociales au travail.  Elle a souligné que les maladies cardiovasculaires et la dépression attribuables aux expositions au travail sont souvent sous-déclarées et ne sont généralement pas reconnues comme des maladies professionnelles par les systèmes publics de santé au travail. L’enjeu est de taille puisque les coûts de l’absentéisme représentent une grande partie des coûts totaux attribuables aux facteurs psychosociaux du travail. La charge financière des coûts de l’absentéisme est principalement supportée par les employeurs, et lorsqu’une maladie est liée à des expositions professionnelles et n’est pas indemnisée en tant que telle, les dépenses sont supportées par les systèmes publics de santé, qui sont financés par les employés et les employeurs.

Un rapport récent publié par l’ETUI a également souligné ces facteurs de risque et a identifié le travail à temps partiel involontaire, l’imprévisibilité du salaire et l’incertitude quant au renouvellement des contrats temporaires comme d’autres facteurs à prendre en considération. Des mesures préventives ont également été proposées dans ce rapport concernant les secteurs de la santé et des soins de longue durée – minimiser les contrats temporaires et éliminer les contrats à zéro heure, maintenir des niveaux de personnel adéquats, embaucher et former davantage de personnel et garantir un temps de récupération – mais elles peuvent être difficiles à mettre en œuvre dans un contexte de pénurie de personnel, a averti Paula Franklin, chercheuse senior à l’ETUI. L’élimination des risques à leur source nécessite des mesures collectives, dans la mesure où ils échappent au contrôle des travailleurs individuels.

La pandémie a exacerbé les mauvaises conditions de travail et le déclin de la santé mentale des travailleurs

La pandémie de COVID-19 a exacerbé une crise existante, notamment dans les secteurs des soins de santé et des soins de longue durée, entraînant des charges de travail excessives et le recours à un nombre élevé de personnel flottant. Elle a également influencé l’augmentation du travail à distance et des contrats temporaires, dont les effets se sont fait sentir dans le volume des heures de travail et les niveaux d’insécurité de l’emploi. Il est incontestable qu’il existe un lien entre les mauvaises conditions de travail et les résultats liés à la dépression, et la pandémie a contribué au déclin de la santé mentale des travailleurs, qui concernera jusqu’à 40 % des salariés européens en 2020, a souligné Insa Backhaus, chercheuse postdoctorale à l’Institut de sociologie médicale de l’Université Heinrich Heine.

Elle a également constaté que le fardeau d’une mauvaise santé mentale ou d’un risque de dépression n’était pas réparti de manière égale au sein de la population, avec des différences significatives observées parmi les travailleurs féminins, les employés plus jeunes et ceux ayant un niveau d’éducation inférieur, qui sont plus à risque de souffrir de dépression. Par conséquent, il est important de s’attaquer à ces inégalités et de protéger les groupes de travailleurs vulnérables des impacts négatifs des risques psychosociaux. Cependant, les jeunes travailleurs manquent souvent de protection, a déclaré Yolanda Gil Alonso, présidente du Comité des jeunes de la CES, et leur organisation reste un défi pour les syndicats en raison de la difficulté d’accès à ces travailleurs.

Un autre effet néfaste de la pandémie a consisté en une surveillance accrue des travailleurs, dans le contexte du développement du travail à distance, a souligné Ben Richards, conseiller politique senior à UNI Global Union. L’utilisation de technologies de surveillance pour contrôler les travailleurs est une préoccupation croissante, et des recherches supplémentaires sont nécessaires pour élaborer des réponses syndicales coordonnées afin d’aborder les impacts négatifs de ces technologies sur la santé mentale et physique des travailleurs. Adam Rogalewski, chargé de mission sur les soins de santé et les services sociaux à la Fédération syndicale européenne des services publics (FSESP), a ajouté que la pandémie de Covid-19 a également mis en évidence la grande vulnérabilité des travailleurs sociaux et de santé et le rôle unique des fortes exigences émotionnelles dans ces secteurs.

Appel à une directive européenne dédiée

Le Parlement européen a attiré l’attention sur les RPS au travail, et les orateurs de cette huitième réunion du réseau RPS des syndicats ont souligné la nécessité d’une directive européenne dédiée pour aborder explicitement cette question. La campagne EndStress.eu, lancée par Eurocadres avec le soutien de la CES, rassemble plus de 45 syndicats à travers l’Europe et entend faire des RPS une priorité politique. La campagne se concentre sur cinq revendications clés : la participation des travailleurs et de leurs représentants à la conception et à la mise en œuvre de mesures sur le lieu de travail, la clarification des obligations des employeurs d’évaluer et d’atténuer systématiquement les facteurs de risques psychosociaux, l’obligation pour les employeurs de fixer des cibles et des objectifs sociaux pour réduire le stress lié au travail en dialogue avec les employés, l’accès à la formation pour tous les travailleurs et à la formation spécialisée pour les managers afin de prévenir les risques psychosociaux au travail, et la garantie qu’il n’y aura pas de répercussions pour les employés qui font part de leurs préoccupations sur ces sujets. Comme l’a souligné Nayla Glaise, présidente d’Eurocadres, plus de la moitié des journées de travail perdues dans l’UE sont causées par le stress lié au travail.

 Marian Schaapman, responsable de l’unité « Conditions de travail, santé et sécurité » à l’ETUI, a souligné que l’accent devait être mis sur la manière dont le travail est organisé et géré, concluant qu’une nouvelle directive européenne fournirait une base solide pour les négociations collectives. Elle a également souligné que les résultats de la recherche pourraient servir de base à une telle directive, en insistant sur le fait que les législations nationales montrent qu’il est possible de réglementer les RPS par une approche collective dans tous les secteurs, et de prendre en compte les facteurs transversaux et les coûts qui se produisent tant du côté de la santé que du côté financier.

Par Laurence Dierickx, via le site etui.org

A lire dans le magazine

Le bien-être mis à mal

Comment se fait-il qu'à mesure que la santé se dégrade, on continue de claironner les illusions du...

Réseaux Sociaux

Suivez-nous sur les réseaux sociaux pour des infos spéciales ou échanger avec les membres de la communauté.

Aidez-nous

Le site Souffrance et Travail est maintenu par l’association DCTH ainsi qu’une équipe bénévole. Vous pouvez nous aider à continuer notre travail.