BPCE: «Dans les agences bancaires, on tient aux anxiolytiques»

Burn Out, Stress Travail et Santé, Suicide Au Travail

Partager cet article :

500 salariés de la BPCE ont manifesté, mardi, devant le siège parisien du groupe financier pour dénoncer leur souffrance au travail et demander des augmentations salariales.

«On a réussi à réunir Sud et la CFE-CGC, c’est dire si le malaise est profond», note un des 500 salariés grévistes de BPCE (Banque populaire, Caisse d’épargne, Crédit coopératif,…), réunis, mardi matin devant le siège parisien du deuxième groupe bancaire français. «Une première historique», entonne son voisin qui précise que tous les syndicats se sont mis d’accord pour défendre les salaires et les conditions de travail des salariés. «Du jamais vu» depuis la naissance de BPCE en 2009. CFDT, Unsa, CGT, CFTC, FO, CFE-CGC/SNB, SUD Solidaire, les drapeaux oranges, rouges, bleus, blancs, jaunes se sont mélangés, le temps d’une matinée, pour dénoncer un ras-le-bol général. Celui d’une souffrance au travail que beaucoup lient aux réorganisations successives mises en place par François Pérol, président du groupe, depuis 2009.
Érosion des effectifs, multiplication des tâches, perte du contact humain, objectifs commerciaux toujours plus ambitieux et déconnectés des besoins des clients: les griefs sont nombreux. «On est en surrégime constant», témoigne un salarié. «Désormais nous devons travailler en multicanal, c’est-à-dire gérer l’accueil physique des clients, le téléphone et les services en ligne, mais nous ne sommes pas assez nombreux», poursuit une autre. En cause: les réductions successives d’effectifs au cours des dernières années. «Rien qu’entre 2013 et aujourd’hui, on est passé de 115 000 à 108 000 salariés», estime un élu de l’UNSA.
«IL FAUT VENDRE, VENDRE, VENDRE»
Après 35 ans de boîte, un gréviste, gestionnaire clientèle à la Caisse d’épargne et syndiqué à la CFTC, explique comment son métier a changé du tout au tout. «Aujourd’hui, il faut vendre, vendre, vendre. Le but premier du banquier c’est de réussir à provoquer des besoins», explique ce quinqua qui a parfois «l’impression de faire le tapin».

Lire la suite sur Libération

Burn out : vidéos de Souffrance et travail sur le syndrome d'épuisement professionnel

A lire dans le magazine

Stress et Accident Cardiaque

  Une première reconnaissance par la Cour de Cassation de la faute inexcusable de l'employeur...

Le burn out des chirurgiens

Des journées de travail trop longues et des pressions professionnelles diverses augmentent le...

Réseaux Sociaux

Suivez-nous sur les réseaux sociaux pour des infos spéciales ou échanger avec les membres de la communauté.

Aidez-nous

Le site Souffrance et Travail est maintenu par l’association DCTH ainsi qu’une équipe bénévole. Vous pouvez nous aider à continuer notre travail.