Avec le télétravail obligatoire, le droit à la déconnexion se fait plus important que jamais

Stress Travail et Santé

Depuis mars dernier, le télétravail plusieurs jours par semaine est devenu la norme pour des millions de salariés.

Si cela a permis de développer une pratique qui peinait jusque-là à percer en France, elle a aussi rendu floue la frontière entre vie privée et vie professionnelle. Alors que Jean Castex appelle une nouvelle fois à privilégier le télétravail, de nombreuses voix s’élèvent pour revendiquer le droit à la déconnexion.

« Dans toutes les entreprises où cela est possible, le recours effectif au télétravail devra être renforcé« , a appelé le Premier ministre Jean Castex, vendredi 29 janvier, à l’occasion de l’annonce de nouvelles restrictions, censées permettre d’éviter un confinement. Un retour en arrière, alors qu’il y a quelques semaines, la ministre du travail, Élisabeth Borne, avait justement allégé cette obligation face au risque de dégradation de la santé mentale des Français.

C’est maintenant le droit à la déconnexion qui est de plus en plus revendiqué par les travailleurs. Confinés à domicile où ils sont parfois branchés à leur ordinateur et smartphone 24h/24, sans temps mort entre leurs temps de vie, de nombreux salariés, cadres dans leur grande majorité, se plaignent. C’était le cas de 69 % d’entre eux en novembre, pendant le deuxième confinement, selon un baromètre annuel de l’Ugict-CGT/Sécafi, réalisé par ViaVoice, contre 60 % un an plus tôt.

Disponibilité permanente

Si les outils numériques permettent de travailler presque partout sans perdre de temps, cela peut vite devenir synonyme de « disponibilité permanente« , déplorent nombre de ceux qui ont fait l’expérience du « télétravail forcé permanent » depuis le début de la crise sanitaire liée à l’épidémie de Covid-19. Le « droit à la déconnexion » a été introduit dans la loi française en 2017, mais à ce jour, aucune contrainte, ni sanction ne sont prévues.

« Avec le télétravail, toutes les barrières entre les temps de vie sautent : on est tout le temps connecté avec une charge de travail en forte hausse« , estime Nayla Glaise, déléguée CGT au cabinet de conseil Accenture, et membre du syndicat européen Eurocadres. Selon la Dares (Direction de l’Animation de la recherche, des Études et des Statistiques), début mai, « près de 80% des télétravailleurs » ne disposaient pas d’un droit à la déconnexion et « 40 % des encadrants » déploraient une hausse de leur charge de travail.

Lire la suite,  » Droits de l’Homme « , sur le site www.novethic.fr

A lire dans le magazine

[VIDEO] Le travail abîmé

Pourquoi le travail provoque-t-il toujours aujourd'hui autant de souffrances ? Les troubles...

Réseaux Sociaux

Suivez-nous sur les réseaux sociaux pour des infos spéciales ou échanger avec les membres de la communauté.

Aidez-nous

Le site Souffrance et Travail est maintenu par l’association DCTH ainsi qu’une équipe bénévole. Vous pouvez nous aider à continuer notre travail.