Pourquoi le travail tue autant en France

Stress Travail et Santé

Partager cet article :

Encore trop peu portée dans le débat public, la question des accidents mortels au travail témoigne d’inégalités sociales et d’une organisation globale du travail peu souvent remise en cause.

Un article de Fanny Marlier pour Alternatives Économiques

Le 16 mai, un ouvrier est décédé après avoir chuté d’une machine à fabriquer des parpaings à Ors (Hauts-de-France). Il était âgé d’une vingtaine d’années. Le lendemain, à Castelnaudary, un jeune de 20 ans, salarié de l’entreprise Volvo truck est mort, coincé sous le plateau de chargement du camion qu’il était en train de réparer. Le 20 mai, un ouvrier de 42 ans a perdu la vie dans le Lot-et-Garonne, après avoir chuté dans un puits sur lequel il travaillait.

En 2022, mourir au travail n’est pas rare. Deux travailleurs français meurent tous les jours, soit quatorze par semaine, et plus de 700 par an – 790 en 2019, si l’on se fie aux décomptes de la Sécurité sociale concernant le régime général (733 décès) et agricole (57)1. Des chiffres incomplets, puisqu’ils n’incluent pas la fonction publique ni les indépendants, en particulier les micro-entrepreneurs

Dans son ouvrage Accidents du travail, des morts et des blessés invisibles (éd. Bayard, 2021), la sociologue Véronique Daubas-Letourneux, enseignante-chercheuse à l’Ecole des hautes études en santé publique (Ehesp), questionne les causes structurelles de cette invisibilité. Au-delà des chiffres, elle y interroge l’intensification du travail (stress, fatigue, sous-effectifs, délais courts) et son organisation souvent informelle (sous-traitance), aboutissant parfois à l’irréparable. Face au déni, elle tient à rappeler ce qui devrait tenir de l’évidence : « Les accidents du travail sont dus au travail. »

« Le terme « accident » renvoie à la notion de hasard. Quand on dit d’un événement qu’il est accidentel, c’est qu’il est, par principe, de nature imprévisible, nous détaille-t-elle. En réalité, il y a une vraie régularité du risque à se blesser et de mourir au travail selon les secteurs d’activité. »

Invisibilisation des métiers essentiels

L’enquête Sumer réalisée par la Dares, le service statistique du ministère du Travail, publiée en août 2021, le prouve : le nombre et la fréquence des accidents graves du travail sont les plus élevés dans l’intérim, la construction, le médico-social, l’agriculture, la sylviculture, ou encore la pêche. La finance, l’informatique, ou le raffinage font à l’inverse partie des secteurs les moins risqués.

Cette stratification sociale explique en partie l’absence de mobilisation sur le sujet selon Véronique Daubas-Letourneux :

« L’invisibilisation de ces décès dans le débat public s’explique par l’invisibilisation au sein de la société de ces métiers pourtant essentiels, qu’il s’agisse d’ouvriers ou des femmes travaillant dans le secteur du soin et de l’aide à la personne, particulièrement touchés par les accidents du travail. Ce sont également des métiers où la syndicalisation est difficile voire, dans certains cas, risquée. »

Pour tenter d’alerter l’opinion, le 28 avril, journée mondiale de la sécurité et de la santé au travail, un groupe intersyndical et associatif a organisé une journée d’action intitulée « halte à l’impunité patronale ». Dans un communiqué de presse, ils décrivaient « une hécatombe » qui « décime le monde du travail », résultat d’après eux, de « pratiques patronales et gouvernementales concertées ».

A travers un dossier minutieux, ils détaillaient l’ampleur du phénomène et dénonçaient l’absence de données complètes, les chiffres qui stagnent depuis 2010 et la sous-déclaration des accidents du travail. Se dessine un système favorable à l’impunité des employeurs : développement de la sous-traitance, de l’intérim, baisse du nombre d’inspecteurs, médecine du travail dépendante des donneurs d’ordre, etc. Sans oublier que beaucoup de morts échappent encore au compteur.

Hormis quelques professions comme les agriculteurs, les cas de suicides liés au travail ne sont par ailleurs pas comptabilisés.

« Le suicide est, par définition, une mort plurifactorielle, souligne Véronique Daubas-Letourneux. S’il a lieu en dehors du lieu de travail, le lien peut être plus difficile à démontrer. Il faut par exemple que la personne ait laissé une trace écrite qui fasse référence à son travail. »

Lire la suite, « Sous-déclarations », « La prévention défaillante« , et « L’horizon zéro mort en Europe, pas avant 2055 » sur le site Alternatives Économiques

A lire dans le magazine

« On va s’écrouler ! »

Médecin hospitalière et gastro-entérologue, Audrey Debaillon-Vesque a assisté récemment au décès...

Le facteur n’est pas passé

Aïda fait sa tournée à vélo. Bastien est arrivé à La Poste en même temps que le Covid. Ludivine...

Réseaux Sociaux

Suivez-nous sur les réseaux sociaux pour des infos spéciales ou échanger avec les membres de la communauté.

Aidez-nous

Le site Souffrance et Travail est maintenu par l’association DCTH ainsi qu’une équipe bénévole. Vous pouvez nous aider à continuer notre travail.