Éducation. 73% des personnels du second degré ont vu leur santé dégradée par leur travail

Stress Travail et Santé

Partager cet article :

Alors que le milieu enseignant exprime son mal-être depuis plusieurs semaines, après le suicide d’une directrice d’école en Seine-Saint-Denis, le syndicat Snes-FSU révèle, ce mercredi 6 novembre, que plus de 9 membres du personnel du second degré sur 10 estiment que leur charge de travail s’est intensifiée.

Missions qui s’accumulent, charge de travail qui s’alourdit, et burn-out qui menace. D’après un sondage réalisé par le syndicat Snes-FSU et dévoilé ce mercredi 6 novembre par France Info, le personnel éducatif souffre d’un véritable mal-être.
8700 enseignants, conseillers principaux d’éducation, assistants d’éducation et accompagnants d’élèves en situation de handicap ont répondu à un questionnaire, et leur témoignage est édifiant.

Des réformes aggravantes

D’après le syndicat, les « réformes successives du collège puis du lycée ont accru les phénomènes de souffrance au travail« . Parmi les mesures citées, l’augmentation des effectifs par classe ou les suppressions de postes.

Les modes de gouvernance des établissements sont également mis en cause, avec des conflits entre personnels de plus en plus fréquents.
Pour 73% d’entre eux, leur travail a dégradé leur santé, 14% ont même été mis en arrêt de travail.
En cause, notamment, la charge de travail. 93% des sondés estiment qu’elle s’est intensifiée. Six personnes sur dix ont, en réponse, augmenté leur temps de travail pour remplir les différentes missions attribuées. Le sentiment d’être « débordé.e » est ressenti par 44% de ces professionnels plusieurs fois par semaine.

Perte de sens

Seules 18% des personnes interrogées se disent satisfaites du travail accompli à la fin de leur journée, 47% sont mécontentes de la qualité du travail fourni. « L’écart entre l’idéal du travail bien fait et ce que l’on arrive à produire au quotidien, même si on fait de notre mieux, est particulièrement difficile à vivre« , témoigne Claire.
Dans le même temps, 94% des personnels jugent leur salaire trop bas et pas adapté à l’augmentation des tâches à fournir et des compétences demandées.
Via le site www.ouest-france.fr

A lire dans le magazine

À s’en bruler les ailes

Sept récits dans ce livre : autant de parcours singuliers, avec en commun une implication...

Réseaux Sociaux

Suivez-nous sur les réseaux sociaux pour des infos spéciales ou échanger avec les membres de la communauté.

Aidez-nous

Le site Souffrance et Travail est maintenu par l’association DCTH ainsi qu’une équipe bénévole. Vous pouvez nous aider à continuer notre travail.